Arthur Ténor - auteur jeunesse

05 novembre 2018

C'était comment un assaut, en 1916, à Verdun ?

Le 11 novembre à 11 heures l'horreur absolue s'arrêta... provisoirement.
C'était comment un assaut, en 1916, à Verdun ?
Réponse, ici : http://romandunnonmort.canalblog.com/archives/2014/12/27/31209117.html

Posté par arthurtenor à 14:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 octobre 2018

Coups de coeur pour une Apocalypse...

Un petit coup de coeur de la médiathèque des Deux-Sèvres. Ca fait toujours plaisir...

Coups de coeur

Plastique apocalypse

plastic apocalypseUn court roman qui interpelle notre conscience écologique.

Plastique Apocalypse de Arthur Ténor, auteur de nombreux romans pour jeunes et adolescents allant de la science fiction au roman social. Chaque sujet abordé, harcèlement, laïcité ou environnement nous plonge au coeur de notre société.

 

Dimitri Karadine, chercheur en biotechnologies, a inventé une bactérie dévoreuse de plastique. Si l'idée peut paraître séduisante, dans un monde où les déchets plastiques sont envahissants, les conséquences incontrôlées d'une telle invention dépassent les espérances.

Construite sur un rythme soutenu, cette histoire, malgré quelques invraisemblances, amène le lecteur à une réflexion sur nos modes de vie actuels. Elle peut servir à amorcer des débats sur l'environnement, et des conséquences de l'action de l'homme sur la nature.

Un très bon roman à dévorer à partir de 11 ans.

http://mdds.deux-sevres.com/suggestions/coups-de-coeur-suggestions/1963-plastique-apocalypse

Et un autre de Délivrer des livres : http://delivrer-des-livres.fr/plastique-apocalypse-roman-sf/

 

 

Malgré les lanceurs d’alerte, malgré les problèmes environnementaux qui se posent déjà à nous, l’humain n’est guère raisonnable et on ne se demande pas « si » des problèmes vont arriver, mais « quand » et « quoi ». Un livre qui pourra peut-être permettre aux jeunes qui le liront de se poser des questions et de s’ouvrir aux problèmes de pollution et d’environnement.

 

Un roman qui m’a beaucoup plu et dont la fin, je l’avoue, m’a fait rêver !!

 

Posté par arthurtenor à 18:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 octobre 2018

Lu sur Pourquoi ? Et ça fait bien plaisir...

Voici un dimanche comme je les adore : soleil, douceur, une belle critique... THE bonheur !

Merci à Pampoune...

 
https://leslecturesdepampoune.blogspot.com/2018/10/pourquoi-arhtur-tenor.html?fbclid=IwAR1hI1r0Q5u9R0NWEKhTGqErTYZukh-mOX_faSMBAeoU1S8f8Zqtse5e9O4
 

vendredi 19 octobre 2018

Pourquoi ? - Arthur Ténor



Infos sur le livre

éditions : Scrinéo
date de publication : 29-06-2017
pages : 446
prix : 17,90€

Résumé éditeur


Un attentat terroriste plonge Paris dans la panique. Au coeur du cratère provoqué par l'explosion, un étrange survivant : Asriel, un adolescent, surnommé par la presse le " Miraculé nu ". Asriel est aussitôt recueilli par la famille Mathurel. Valentin, le fils cadet, tente de percer le mystère entourant le nouveau venu. Car les questions s'enchaînent à mesure que les révélations tombent : d'où vient ce garçon qui ne parle que le grec ancien ? Qui sont ces gens qui tentent de le kidnapper ? Que veulent-ils ? Pris dans une bataille qui le dépasse, Valentin s'allie à Lisbeth, une jeune fille intrépide. Ensemble, ils vont s'engager sur un chemin périlleux, sinuant entre rivalités et entraide. Ils vont affronter de terribles secrets que l'humanité n'est peut-être pas prête à découvrir...
 
Pourquoi ce livre ?


Depuis que je l'avais vu annoncé, ce roman m'attirait énormément. Je n'ai donc pas hésité lorsque j'ai pu me le procurer et ai enfin pris le temps de le sortir de ma pal.

De quoi est-il question ?


Nous sommes à Paris, en novembre 1918. Le pays fête le centenaire de l'Armistice. Mais alors que la ville est en liesse, voilà qu'un attentat terrible a lieu. La panique est à son comble mais voilà qu'au milieu de tout ça, un jeune homme apparaît. Il ne parle pas, est complètement nu et tout porte à croire qu'il s'agit d'un simple d'esprit ou d'un garçon autiste.
 
Louis Mathurel, psychiatre, décide alors de prendre sous son aile ce garçon étrange, autant parce qu'il est  intrigué que parce qu'il ne voudrait pas que l'individu tombe entre de mauvaises mains. Une inquiétude justifiée car le jeune homme semble intéresser beaucoup de monde. C'est donc chez lui que Louis Mathurel ramène celui qui se prénomme Asriel.
 
Valentin, son fils, n'est au départ que très peu emballé par la venue de ce garçon étrange dans sa maison et dans sa vie. Mais très vite, l'adolescent se laisse prendre au jeu et tente d'entreprendre de communiquer avec Asriel qui parle grec mais apprend très vite. Pourtant, c'est bien toute la vie de Valentin qui s'apprête à basculer et plus encore qu'il ne peut l'imaginer.

Du côté de la forme...


Arthur Ténor fait partie de ces auteurs jeunesse que je suis de roman en roman depuis quelques années maintenant sans me poser de question. Et ce roman-ci, lorsqu'il est sorti, m'a intriguée davantage que les autres même si j'ai mis du temps pour enfin le découvrir.
 
Ce roman commence par un attentat à Paris. Inutile de dire qu'en lisant ce roman quelques temps après sa sortie, il a fait remonter en moi de très fortes émotions. Il est vrai que les événements que nous avons vécu ces dernières années n'ont pas été sans avoir un impact important sur chacun de nous, y compris sur nos auteurs. Ici, l'auteur a su se servir de cet impact pour nous offrir un roman hors du commun.
 
Il est vrai qu'ici, l'auteur parvient très vite à nous intriguer à propos d'Asriel sur lequel on se pose beaucoup de questions. A propos duquel les questions vont se multiplier lorsque certaines réponses commenceront à apparaître. Et d'un événement fortement ancré dans le réel, l'auteur nous emmène peu à peu dans un univers politico-social que l'on a bien du mal à imaginer comme vrai, quoique...
 
Etant dans un roman pour ado-jeunes adultes, les personnages principaux de ce roman sont bien sûr des adolescents - jeunes adultes avec Valentin qui a 17 ans et Lucie qui en a 15. Mais s'ils sont en effet très dans leur tranche d'âge au début du roman, ces deux personnages vont très vite prendre en maturité, l'histoire les y forçant. Au long du roman, ils navigueront donc entre devoir et besoin de rester eux-mêmes.
 
Il est délicat de vous parler de ce roman sans vous spoiler mais ce qui est certain c'est que l'auteur a l'art de nous entraîner là où on ne l'attend pas. Et là, moi qui ne suis pas forcément adepte des romans d'action, j'ai totalement adhéré aux nombreux rebondissements que j'ai eu l'occasion de découvrir. Quant à tout ce que j'ai pu imaginer sur Asriel, force est de constater que j'étais encore loin du compte.
 
Mais ce que j'ai aimé retrouvé ici plus que tout, c'est la plume de l'auteur qui parvient grâce à un roman totalement addictif à nous faire réfléchir de manière profonde sur notre monde. Une belle manière d'amener les jeunes lecteurs à des sujets de société avec beaucoup de finesse. Et puis, l'écriture d'Arthur Ténor, c'est une écriture qui me touche à chaque fois, qui est à la profonde, de qualité et très efficace.

En conclusion...


Voici un roman que j'attendais de pouvoir découvrir depuis pas mal de temps et que je suis absolument ravie d'avoir enfin pu dévorer. Voici un roman qui m'a troublée mais qui m'a aussi rendue totalement accro sur le fond comme sur la forme, sur l'intrigue comme sur le message qu'il transmet. Voici un roman qui change de ce que l'on peut avoir l'habitude de lire et qui vaut vraiment que l'on s'y arrête.
Ce roman n'est pas passé loin du coup de coeur pour moi et je ne saurai trop vous conseiller de le découvrir.

Posté par arthurtenor à 15:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 octobre 2018

Coucou la revoilou !

Tous aux abris ! Elle est de retour ! Qui ? La sorcière la plus affreusement drôle, celle qui adore provoquer des coliques de rire chez les petits enfants et faire faire pipi dans la culotte à leur maman et leur papa.

 

agathabaga Amazon

Présentation de l'éditeur

Pour soigner sa grippe, la sorcière Agathabaga se prépare une décoction de cafards... et se retrouve couverte de gros boutons orange. Elle se maquille avec du jus de piment et de la graisse de crapaud. Et il lui faudra défoncer tous les murs de sa chaumière avant de réaliser qu' elle ne sait peut-être pas se servir correctement de son balai à réaction... Dans ce recueil sont présentes sept petites histoires : « Agathabaga est malade », « Agathabaga se fait jolie », « Agathabaga joue aux échecs», « Agathabaga reçoit une cousine », « Agathabaga se met au parfum », «Agathabaga ne supporte plus les petits oiseaux », et « Agathabaga craque pour un balai à réaction ».

Une première belle abomifreuse chronique, à savourer avec quelques limaces séchées goûtues... http://www.blog-parents.fr/maman-nougatine/2018/10/10/24309/
 
La semaine dernière, nous avons découvert Les aventures d’Agathabaga la sorcière, au travers un recueil nouvellement paru aux éditions Lito! On y retrouve 7 histoires: Agathabaga est malade, Agathabaga se fait jolie, Agathabaga joue aux échecs, Agathabaga reçoit une cousine, Agathabaga se met au parfum, Agathabaga ne supporte plus les petits oiseaux, Agathabaga craque pour un balai à réaction. L’ouvrage est une agréable surprise! Nous ne connaissions pas encore Agathabaga mais elle a très vite séduit toute notre famille avec ses folles aventures, sa fantaisie et sa maladresse poilante. Accompagnée de son hibou Merlanfri, de son chat Balthazar et de Croquemouche la chauve-souris, elle va vivre des aventures complètement loufoques et se retrouver dans des situations toutes plus « abracadabrantes » et « abominafreuses » les unes des autres.
 
Les illustrations sont pleines d’humour et fourmillent de petits détails qui captivent et plaisent beaucoup à mes deux filles. Les textes sont tout aussi drôles, je les trouve bien écrits et ma plus grande (de presque 6 ans) est totalement fan des jeux de mots présents au fil des pages (un ragoût de rats d’égouts, la corbeaupostale, une salade décomposée, un balai à réaction avec une mauvaise réaction, etc…). Un concentré d’humour que je vous invite vraiment à découvrir en famille si vous ne connaissez pas déjà les folles aventures d’Agathabaga.

 

Posté par arthurtenor à 21:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 septembre 2018

Des ouvrages pour parler du terrorrisme (dans les Cahiers pédagogiques)...

Dont deux de votre serviteur. C'est important et pour bien des raisons... (quand on voit qu'encore hier, un rappeur chante un appel au meurtre.)

Posté par arthurtenor à 14:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 septembre 2018

Programme de déplacements des 6 prochains mois...

Voici pour info mon programme de déplacements en salons du livre pour les prochains mois....

* Fête du livre de St Etienne du 12 au 14 octobre
* Foire de Brive la Gaillarde, du 9 au 11 novembre
* Festival de Creil, du 16 au 18 novembre
* Salon du livre d'histoire de Versailles du 24 au 24 novembre
* Salon de Montreuil (le lundi 3 décembre, à confirmer)
* Salon de Villebois Lavalette du 6 au 8 décembre
* Signature à Vic sur Cère, le 15 décembre, à la librairie Delmas
En 2019 :
* Salon de Miribel : 1 et 2 février
* Salon jeunesse de St Germain Arpajon : 16 – 17 mars
* Salon du Bouscat : 21 au 23 mars
* Salon de Cosne sur Loire : 27 au 30 mars
* Salon jeunesse d'Eaubonne le dimanche 31 mars.

Posté par arthurtenor à 10:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 septembre 2018

Quand une minutieuse entreprise de démolition manque de minutie, je me fais l'avocat de mon "enfant"...

À l'ère de l'Internet, il est de plus en plus aisé de s'improviser critique (littéraire en ce qui nous intéresse ici), commentateur, noteur... ou démolisseur, voire crottiqueurs. Il faut l'accepter, c'est ainsi. J'aimerais quand même rappeler à ceux qui jugent et parfois condamnent les oeuvres d'artistes ou d'auteurs, que c'est un exercice tellement facile quand l'intention qui l'anime est malveillante, ou quand il s'agit de démolir en quelques formules assassines, ou d’exposer une opinion par des arguments peu approfondis, des affirmations non vérifiées, des éléments approximatifs ou superficiels, ou simplement pour exprimer ses propres animosités.

C'est en revanche un exercice d'une grande exigence quand il s'agit d'analyser en profondeur, d'essayer de comprendre l'autre, de s'oublier pour raisonner de manière plus large en envisageant d’autres points de vue, parce qu’ailleurs (dans l’espace le temps et les esprits) on peut avoir une vision différente, d'éviter les affirmations trop péremptoires et de lâcher des sentences qui ont des conséquences. Et plus encore la critique exige une rigueur absolue, tel le Juge des enfers dont la grande et unique obsession est de ne pas se tromper.

Car ensuite, que se passe-t-il ? Y songent-ils ceux qui notent, assassinent, dévalorisent, démotivent… ou critiquent fort légitimement, même si c’est pour souligner des points négatifs et/ou des erreurs manifestes ?

Le lecteur (peut-être potentiel acheteur du livre présenté) de ces chroniques se forge un jugement, et lui-même pose une sentence, parfois funeste : " Finalement, non, je ne lirai pas ce livre ". Le processus est le même que lorsqu'on lit un avis négatif sur un restaurant, qu’il soit manifestement malintentionné ou qu’il paraisse au contraire partir d’un réel souci d’alerter. Le rédacteur a-t-il conscience qu’il va salir le travail d’un professionnel qui ne le mérite peut-être pas ? Avec à la clé une perte de crédibilité, d’activité économique, de confiance en soi… ?

Comme la plupart de mes camarades auteur(e)s, je m’interdis de réagir aux avis négatifs, sauf quand une erreur grossière est commise et qu’il convient de la faire rectifier. Hors cela, il m’arrive pourtant de le faire, comme vous le lirez ci-dessous si cela vous intéresse. C’est sincère. Ça vaut ce que ça vaut. Mais je crois que c’est légitime…

 

« C’est vrai, je le sais, c’est pas bien de réagir quand une critique étrille en place publique l’un de nos écrits. Mes camarades auteur(e)s le disent souvent quand il nous arrive d’en discuter : « Ça ne sert à rien, ça peut vexer, il faut encaisser, même quand on le perçoit très injuste ». Mais voilà, parfois je me sens en droit de défendre mon « enfant », tout spécialement ce Charliberté qui fait écho à tant de valeurs que j’ai défendues et que je veux encore défendre. Alors, si vous m’y autorisez, je vais me faire l’avocat de mon petit « Je suis Charliberté » et point par point apporter une réponse argumentée. Ce qui suit est rédigé avec sincérité, comme votre critique, avec le cœur et sans doute aussi parfois avec le défaut d’ « avoir mal compris » certains propos, ce dont je m’excuse par avance. Mais je ne doute pas de votre bienveillance. Il s’agit là pour moi seulement d’apporter une contre-démonstration à votre démonstration. On appelle cela un débat. [...]

 

L'article étant assez long, je suggère à ceux qui veulent le lire de se rendre sur le blog dédié à " Je suis Charliberté ! " : http://charliberte.canalblog.com/

 

La chronique qui m'a fait réagir est sur ce blog : http://blogonoisettes.canalblog.com/archives/2018/09/15/36618628.html

 

Posté par arthurtenor à 19:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 septembre 2018

Le fléau des matières plastiques en " vedette " sur France 2...

Le dernier numéro de Cash investigation est consacré au...

" Plastique, la grande intox "

https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-11-septembre-2018_2925427.html

" Dix tonnes de plastique sont produites chaque seconde dans le monde et l'une d'entre elles finit dans les océans… A ce rythme, il y aura plus de plastique que de poissons dans la mer en 2050 ! "

Une occasion de rappeler ce que cela donnerait si nous devions connaître une plastique apocalypse.

Par ailleurs, la revue S!lence donne un écho à ce livre :

Posté par arthurtenor à 09:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 septembre 2018

Les critiques en compile sur l'Académie diplomatique... et quelques commentaires perso...

Voici dans l'ordre de publication, les derniers avis sur ce roman.

J'en profite pour rappeler aux lecteurs et blogueurs littéraires qui s'intéresseraient à ce livre, que celui-ci est destiné plutôt aux ados de 12 à 15 ans. Aux collégiens en somme. Cette précision est importante, car comme pour la saga de L'elfe au dragon, certains chroniqueurs abordent ces romans courts pour adolescents, comme s'il s'agissait de romans pour adultes ou young adult. Les croqueurs de pavé de 800 pages, décrivant des univers multicomplexes, avec des centaines de personnages et un style d'écriture descriptif adulte, peuvent légitimement éprouver des manques. Il me semble qu'un " bon " chroniqueur a pour première qualité d'être capable de s'oublier, afin de partager du mieux possible la perception de ceux à qui s'adresse ce type de romans jeunesse. En caricaturant, ce serait comme si je chroniquais " Oui-Oui et la voiture jaune ", en l'étrillant, parce que ce serait une histoire niaise et qu'on y croirait pas une seconde. 

Etres chroniqueur, j'ai déjà eu l'occasion de l'exprimer, ce n'est pas une activité simple ni anodine quand elle est pratiquée dans un esprit d'objectivité, de responsabilité et avec un minimum de bienveillance. Sinon, le chroniqueur devient vite un crottiqueur qui, chez les pires d'entre eux, éprouvent visiblement de la jouissance à démollir une oeuvre avec des formules assassines les plus blessantes possibles, parfois d'une grande vulgarité. La malveillance transparaît souvent dans la forme de ces brûlots. Je signale cela non pas pour les crottiqueurs eux-mêmes qui, s'ils sont totalement imbibés de malveillance, n'en n'auraient cure, mais aux lecteurs qui tentent de se forger une première impression avant de tenter l'aventure d'un roman. Comme en tout domaine d'opinion, il ne faut jamais se fier à un seul avis (positif comme négatif d'ailleurs)... et, si l'on a un doute, ne pas hésiter à plonger pour se forger sa propre impression qui seule compte au fond.

Bonne lecture des comptes rendus de lecture ci-dessous...

http://www.emaginarock.fr/les-ombres-assassines-lacademie-diplomatique-disuldain-tome-1-arthur-tenor/

La secte d’Anghor l’avait promis à Isuldain : sa capitale Éa-Kyrion connaîtrait la pire vague de terreur de son histoire. Ce jour de vengeance est arrivé ! Mêlées à la population, les Ombres assassines commettent des crimes ciblés, organisent des attentats, sèment la mort. L’empereur mobilise toutes ses forces, des simples portiers aux Chevaliers d’Isuldain. Même sa prestigieuse Académie diplomatique est sollicitée. La toute jeune chambrée des Crépusculaires entre avec fougue dans cette affreuse crise. Pourtant, elle a déjà ses propres conflits internes à surmonter, ce défi inouï de faire vivre et agir ensemble un semi-orque, deux elfes, un Maraudeur au caractère bien trempé, une Sorcière des Mondes glauques et un ancien élève de la Confrérie des magiciens. S’ils y parviennent, combien périront ?

Premier tome de la nouvelle saga d’Arthur Ténor (que je découvre ici), Les Ombres assassines est un roman jeunesse de fantasy parfaitement exécuté.

Malgré la couverture assez clichée, mais à laquelle on s’habitue au final (certains personnages sont réussis d’autres beaucoup moins…), ce premier tome est vraiment palpitant. On pourra juste regretter la longueur un peu trop courte du roman: on aurait aimé plus de développement et une fin un peu moins expéditive. La secte d’Anghor notamment manque de consistance et reste floue jusqu’à la fin du tome: les fidèles sont un peu trop facilement réduits à des assassins barbares semblant maîtriser une magie néfaste. Un peu dommage.

Si l »univers présenté par Ténor est un peu convenu (pas dans le sens négatif si l’on aime, comme moi, les codes habituels de la fantasy!), ses personnages sont vraiment attachants et surtout j’ai été complètement emportée par les fabuleux dialogues de l’auteur qui mêle à la fois ton soutenu d’inspiration moyenâgeuse et vocabulaire moderne. Les descriptions permettent de se repérer très facilement dans le monde créé par l’auteur. J’ai beaucoup aimé les passages présentant la grande cité d’Ea-Kyrion qui nous mettent dans une belle ambiance de fantasy.

L’intrigue est dynamique grâce à un suspens parfaitement mené et Ténor n’hésite pas à malmener les jeunes recrues de l’Académie; un point vraiment appréciable dans une fantasy jeunesse.

Roman lu en 3 jours, Les Ombres assassines ouvre une saga jeunesse de qualité, comme souvent chez Scrinéo. Vite, le tome 2!

A peine ouvert le portail fantastique sur l'Empire d'Isuldain, voici deux belles critiques pour bien aborder la rentrée...

 

http://www.leslecturesdemylene.com/2018/08/academie-diplomatique-isuldain-1-ombres-assassines-arthur-tenor.html?spref=fb

L'académie diplomatique d'Isuldain, tome 1 : Les ombres assassines de Arthur Ténor

vendredi 17 août 2018

Synopsis : La secte d’Anghor l’avait promis à Isuldain : sa capitale Éa-Kyrion connaîtrait la pire vague de terreur de son histoire. Ce jour de la vengeance est arrivé !
Mêlées à la population, les Ombres assassines commettent des crimes ciblés, organisent des attentats, sèment la mort. L’empereur mobilise toutes ses forces, des simples portiers aux Chevaliers d’Isuldain.
Même sa prestigieuse Académie diplomatique est sollicitée. La toute jeune chambrée des Crépusculaires entre avec fougue dans cette affreuse crise. Pourtant, elle a déjà ses propres conflits internes à surmonter, ce défi inouï de faire vivre et agir ensemble un semi-orque, deux elfes, une Sorcière des Mondes Glauques et un ancien élève de la Confrérie des magiciens. S’ils y parviennent, combien périront ?
Papier (168 pages) et numérique - A paraitre le 23 aout 2018 chez Scrineo

Mon avis :
Cette mise en bouche est à la fois courte et très riche, j'ai adoré les personnages de la première à la dernière page, découvrir le monde de l'auteur et les voir évoluer ensemble. Nos six héros arrivent de lieux totalement différents, ils n'ont pas du tout eu la même éducation mais sont là pour la même chose, être formés pour devenir des diplomates capables de défendre leurs idéaux et leurs vies. On découvre donc dans ce premier tome l'Académie, les cours qui leur seront dispensés ainsi que la menace qui semble peser sur leur royaume et surtout sur leur empereur. La plume de l'auteur nous permet de vivre chaque instant avec eux et de découvrir des choses qui m'ont énormément plu même si bien évidemment j'aurais bien passé davantage de temps avec eux. Les six amis qui au départ ont du mal à se faire confiance et qui vont devoir apprendre à vivre ensemble doivent dépasser leurs préjugés pour arriver à créer une chambrée soudée, capable d'aller de l'avant et d'accomplir leurs missions. Même s'ils ne sont qu'en apprentissage, chacun d'entre eux est assez sûr de lui et ils ne baissent pas facilement les bras.
C'est donc dans une ambiance d'abord tendue puis ensuite bonne enfant avant de se transformer en catastrophe que nous plonge l'auteur et j'ai aimé voir évoluer les personnages au contact les uns des autres. Ils apprennent énormément de choses, vont parfois remettre leur éducation en question et j'ai apprécié de les voir créer une certaine alchimie dans le groupe même si tout n'est pas forcément réglé et qu'il existe parfois encore des tensions entre eux. On ne s'ennuie bien évidemment pas une seule seconde, j'ai aimé le fait qu'ils soient toujours en mouvement, même s'ils apprennent à se connaitre, ils le font au travers des différentes actions qu'ils mènent et découvrir ce royaume avec eux n'est pas sans heurt. On avance dans l'intrigue qui nous réserve un certain nombre de surprises et on approche de la fin en stressant de plus en plus et en se demandant ce qui va pouvoir leur arriver. L'auteur ne les laisse pas souffler et le final est pour le moins angoissant et triste. En tout cas, ce premier tome augure d'une saga qui devrait me plaire !!

En bref, ce premier tome est une mise en bouche efficace pour une saga qui promet beaucoup. Le monde de l'auteur et ses personnages font qu'on ne s'ennuie pas une seule seconde et si parfois j'aurais apprécié de passer davantage de temps avec eux, j'ai aussi aimé qu'ils apprennent à se connaitre au travers de leurs actions et réactions face à tout ce qui leur arrive. Le final est pour le moins stressant, ils n'en sortent pas sans blessure et je suis curieuse de voir ce que la suite va pouvoir donner ! Vivement !
Et sur le site Plume de lune
https://plumesdelune.wordpress.com/2018/08/21/chronique-n178-lacademie-diplomatique-disuldain/

Chronique n°178 : L’académie diplomatique d’Isuldain

L’académie diplomatique d’Isuldain

[...]

Hello hellotoday parlons d’un petit nouveau de chez Scrineo : L’académie diplomatique d’Isuldain (ou le titre pas du tout long). C’est écrit par Arthur Ténor et c’est un auteur qu’on aimait bien quand on était enfant avec Kara mais dont on avait rien lu depuis des lustres. Et bien on a bien fait de s’y remettre car on a beaucoup aimé ! 

L’académie diplomatique d’Isuldain, à part être un titre un peu long, ça parle d’une bande d’ados (absolument insupportables) qui intègre la-dîte académie pour devenir des diplomates (juste là, pas de scoop). La diplomatie, chez eux, ça couvre pas mal de domaine et faut autant copiner avec les dragons, être un super guerrier que savoir manier les mots.

L’aspect “étudiants qui s’aiment pas mais qui sont obligés de travailler ensemble” était sympa à découvrir même si, on va pas se mentir, c’est quand même un peu vu et revu. Là, la fraîcheur vient du fait que le contenu de la formation diffère un peu, ainsi que les enjeux, puisqu’on tape dans la diplomatie (même si ça ratisse large). Et en soi, c’est assez intéressant d’angler plus sur la politique et les enjeux de pouvoir. Mais c’est pas encore assez poussé dans ce sens puisque l’intrigue, elle, reste très conventionnelle. Je trouve ça un peu dommage que nos héros n’utilisent pas plus de “diplomatie”, mais peut être que ça viendra par la suite.

Nos héros doivent dans un premier temps, s’acquitter les uns des autres, et dans un second temps déjouer les attaques terroristes qui ravagent la capitale. Comme d’habitude hein, les adultes en ratissent pas une et c’est aux mômes de se bouger les fesses. Ce bouquin ne passe donc pas à côté de certains clichés jeunesse, mais ça va, c’est bien fait dans l’ensemble alors on pardonne. J’ai bizarrement bien aimé les personnages mais attention, ce sont vraiment tous des têtes à claque. M’enfin du coup, ils sont marrants.

Autre point tout à fait marrant : l’écriture. On tape dans du level de fifou là. Tout le bouquin est en langage soutenu avec des expressions et mots que tu savais même pas que ça existait (avec ton bac +5). Du coup, avec Kara ça nous a fait rire. Et puis ça change un peu de ce qu’on lit d’habitude en jeunesseC’est pas pour autant incompréhensible hein en plus. Donc bon point pour nous ! (mais on conçoit que ça peut en être un mauvais pour d’autres).

En conclusion, nous avons beaucoup aimé ce premier tome, très rapide, dense et qui, sans être le summum de l’originalité, arrive à se différencier par bien des aspects. On sera très curieuse de lire la suite et on vous conseille dors et déjà ce début de série !

Sinon en faisant mes recherches pour cet article, j’ai vu qu’Arthur Ténor avait déjà écrit une série dans cet univers là : L’elfe au dragon. Je dis ça, au cas où ça intéresserait quelqu’un. Voilà.

Note : 17/20
Une présentation très complète sur le site Lectures Voyelles de Philippes Aurèle, écrivain lui-même, avec cette conclusion...
"Alors, Youpi ou Yucca ?

Vous l’aurez certainement compris, en dehors de petits défauts de rodage de l’univers, j’ai beaucoup aimé ce roman que j’ai dévoré en une seule soirée. L’univers, que j’ai déjà qualifié de riche et foisonnant, ne demande qu’à être exploré et approfondi et j’espère que ce livre rencontrera suffisamment de succès pour qu’une suite soit publiée. Je le recommande donc à toutes les lectrices et tous les lecteurs, jeunes et moins jeunes, qui chercheraient une série de romans pour poursuivre leur expérience de lecture d’un certain petit sorcier anglais, dans un univers de pure Fantasy. "

https://www.philippe-aurele.fr/2018/09/15/les-lectures-voyelles/

Posté par arthurtenor à 09:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 août 2018

Rentrée de combat chez Scrineo...

Plongez dans un univers de discorde

entre des créatures fantastiques,

vivez la guerre civile espagnole

ou découvrez l’Amérique ségrégationniste

avec Rosa Parks !

  Dans un monde où la paix est menacée par des créatures sanguinaires, cinq élèves de la prestigieuse Académie diplomatique se donnent pour mission de réconcilier les espèces entre elles…

Entre barbarie et trahison, comment survivre, lorsqu'on a dix-sept ans et ses rêves pour seule arme ?


L’histoire bouleversante d’une femme, qui marquera celle d’une lutte et d’une nation.

Posté par arthurtenor à 09:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 août 2018

Petit rappel fantastique de rentrée...

C’est la rentrée, et c'est doublement youpi ! pour l’auteur puisque cela marque mon retour en fantasy. C’est aussi l’occasion de rappeler aux lecteurs amateurs de ces plongées dans le Grand Imaginaire mes deux univers toujours accessibles.

L’empire d’Isuldain,

Et son Académie diplomatique…

couv Amazon

Et la saga de L’elfe au dragon…

 

2444149397_2 

Image Skyrock T1 T 2

 

 

 

Le Royaume des Sept Tours...

 

 

51d43m6kB1L__SL500_   couv Amazon 7 Tours


Posté par arthurtenor à 11:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 août 2018

Toutes les (bonnes) nouvelles sur Plastique apocalypse...

Cette rubrique va rassembler tout ce qui concerne ce roman, dans l'ordre chronologique de publication. Rien du bon... et quand c'est pour la bonne cause, c'est encore mieux !
https://lesbilletsdefanny.wordpress.com/2018/08/09/jeunesse-ado-ya-plastique-apocalypse-arthur-tenor/
 

[Jeunesse ado / YA] Plastique apocalypse, Arthur Ténor

 

9791096935093-753x1024

 

Mon avis :

Le Plastivorax, qu’est-ce que c’est ? Une découverte qui changera le monde promet Richard Buttler, le PDG de Bio Tech Ingénierie. Il ne croit pas si bien dire.

Minuscule créature, inoffensive en apparence, le Plastivorax se nourrit de plastique en transformant ce dernier en un composé carboné : le rêve ! Finie la pollution ! La méthode ? Grâce à la chaleur, la bactérie se réveille. Elle contient un gène qui lui permet de se développer très rapidement, entrainant l’arrivée de milliards de minuscules créatures, ce qui rend la destruction du plastique très rapide. Autre point fort : un autre gène réduit sa vie à une dizaine de minutes, ce qui veut dire qu’une fois le travail terminé, les bactéries meurent. C’est ainsi que le PDG présente la découverte de Dimitri Karadine sur un plateau télé, se l’appropriant. Face à son écran, Dimitri Karadine fulmine. Mais, il n’a pas le temps de se lamenter sur le vol de son idée : quelqu’un sonne à la porte de sa maison, un de ses collègues. Il a découvert des spores de Plastivorax, ce qui signifie que la bactérie ne meurt pas, elle sommeille, et il suffit d’un peu d’eau pour la réanimer.

Dans un monde où règnent le plastique et l’envie de s’enrichir peu importe les conséquences, le danger approche à grand pas. Les bactéries mangent tout le plastique sur leur passage, provoquant des perturbations, des incendies puis des catastrophes. Elles se rapprochent d’ailleurs des centrales nucléaires…

Comment ne pas se sentir concerné par le sujet ? La pollution n’est plus à démontrer, les océans se transforment en décharge de plastique, nous ne savons plus quoi faire des déchets que nous surproduisons. J’ai un gros coup de cœur pour ce roman. Arthur Ténor capte très rapidement notre attention et signe ici une fable percutante. Bravo ! Ce roman trouvera sa place dans les CDI de nos établissements scolaires et devrait plaire à nos élèves (je pense notamment aux 3èmes).

Pour celles et ceux qui ont le livre (les autres, il faudra vous le procurer), j’ai beaucoup aimé à la page 69 la remarque sur les accords internationaux… une petite phrase qui semble simple mais qui, selon moi, ne peut que nous amener à nous interroger sur notre futur.

Retrouvez les premières pages sur le site de la maison d’édition Le Muscadier !

Un grand merci à Viou03...

Plastique Apocalypse Arthur Ténor



Merci aux éditions Le muscadier Collection Rester Vivant de cette belle découverte.

À l’origine, le Plastivorax était une formidable avancée en biotechnologie. Côté pile, on allait traiter sans résidu ni pollution tous les déchets en plastique de la Terre. Côté face, son inventeur empocherait des milliards de dollars. Mais c'était sans compter avec le petit détail qui tue. Une broutille que refusa de voir cet apprenti sorcier qui croyait tout maîtriser, jusqu’aux lois de la nature. Résultat : rien moins que la fin du monde – enfin... tel que nous le connaissons.


Un beau roman jeunesse, passionnant.

Le père d'Alexandre et son équipe ont produit une bactérie détruisant le plastique pour traiter le pollution qu'engendre les déchets en plastique. Rien se passe comme prévu, l'apocalypse est enclenchée.

Un roman jeunesse sur un sujet très actuel : la pollution et les déchets. On a aussi ici notre dépendance à ce matériau qu'est le plastique et aussi notre dépendance à Internet.

L'histoire est simple, captivante, portée par un personnage Alex, un ado dont les analyses de la situation, sa manière de réagir sont des plus intéressantes. Il ne baisse pas les bras et avance.
La conclusion est une belle leçon, une analyse simple de notre société actuelle et de son avenir.

C'est le premier roman d'Arthur Ténor que je lis . Je suis tombée sous le charme de sa plume addictive et de son univers. Arthur Ténor est un auteur originaire du département où je vis, je vais maintenant regarder de plus prêts ses écrits.

Un roman apocalyptique passionnant avec un joli message sur notre société.



NB: Clin d’œil à une phrase du roman "Quand toutes les centrales auront explosé, il ne restera plus que la Bretagne et l'Auvergne d'à peu près habitables." page 40 . Eh bien je reste dans ma belle région qu'est l'Auvergne 😉.

Posté par arthurtenor à 18:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 août 2018

Un roman nécessaire, et qui le sera de plus en plus, malheureusement...

Lu ce jour sur le site http://blogonoisettes.canalblog.com/archives/2018/08/13/36564360.htmlCapture couv définitive Théorie du Complot A Ténor

Mon avis : Voici un roman dans l'air du temps, sur un sujet encore peu (pas ?) exploité en littérature jeunesse. Sébastien a 15 ans. En classe de troisième, c'est un geek surdoué qui passe son temps a inventer et publier des hoax. Souvent traité d'autiste (ce qu'il n'est pas), il a peu d'amis et rêve à Hésperie, une jeune fille de sa classe, mais sans oser l'approcher. Après les attentats du 13 novembre 2015, il crée un site d'informations où il ne recense que des choses fiables... jusqu'à ce qu'on lui propose beaucoup d'argent pour publier des informations soit disant vraies et vérifiées sur le rôle du gouvernement dans les attentats... Sébastien se voit déjà comme un Julian Assange ou un Edward Snowden, lanceur d'alerte reconnu par la société. 

Alors que jusqu'à présent son anonymat était garanti, ses camarades du collège commencent à se douter qu'il est derrière le site Vendredi maudit. Et tout le monde a sa petite idée sur les idées de Sébastien. On le croit tour à tour islamiste ou vendu au plus offrant. Jusqu'à ce que la police débarque chez lui...

La théorie du complot est un roman sympa, avec un style assez facile à lire, qui traite d'un sujet grave et d'actualité sans pour autant complexifier ni dramatiser les choses. 
Les jeunes d'aujourd'hui sont de plus en plus crédules vis à vis des théories du complot, on le voit au quotidien dans nos cours. Ce genre de roman qui remet les choses en place est donc le bienvenue ! J'ai trouvé très intéressant de parler de ceux qui diffusent les théories complotistes, leurs objectifs (qui peuvent être très différents) et leurs façons de faire. Ca permet de montrer au jeune lecteur ce qu'il y a derrière. Il y a toutefois quelques références qui ne parleront pas au plus grand nombre (wikileaks...)

J'ai bien aimé le personnage de Sébastien. S'il fait de mauvais choix, il est sympathique et humain, malgré le fait qu'il est surdoué et que cela ne facilite pas ses relations avec ses camarades. J'ai trouvé ce personnage réaliste, contrairement aux geeks que l'on croise souvent en littérature jeunesse (souvent ce sont des ados lambdas alors qu'en vrai les surdoués en informatique ça ne court pas les salles de classe...)

Bref, un roman nécessaire pour un CDI de collège, qui, en plus, trouvera sa place dans le programme de 4ème (Informer - Desinformer)

Posté par arthurtenor à 10:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 juillet 2018

A mettre dans tous les CDI... Vivement la rentrée !

Lu ce jour sur le site Babeblio...

 

La théorie du complot
  24 juillet 2018
La théorie du complot de Arthur Ténor
 
   
Une nouvelle fois Arthur Ténor nous livre un excellent petit roman sur un sujet d’actualité. Toujours le bon tempo, toujours les mots justes pour évoquer de façon subtiles des questions qui touchent les adolescents. Cette fois il s'attaque à la question des fake news, des rumeurs, des infos non vérifiées qui circulent sur le net. A mettre dans tous les CDI

Posté par arthurtenor à 15:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juillet 2018

" A découvrir sans attendre ". Je suis bien d'accord...

C'est sur le blog littéraire Les chroniques de Madoka (http://chroniquesdemadoka.eklablog.com/) Merci à elle.

L’Académie diplomatique d’Isuldain

Les ombres assassines

 

Essai 4

 

Mon avis : ****

Un très beau roman de fantasy qui met en valeur la fraternité et le courage !

 

La prestigieuse Académie diplomatique siège à Isuldain, capitale de l’Empereur. De nouveaux élèves arrivent pour bénéficier de l’enseignement qui fera d’eux de redoutables diplomates dans le monde. Six élèves bien dissemblables vont devoir cohabiter et apprendre ensemble : deux elfes, une sorcières, un fils de soldat, un elfe des Songes et un sang-gris… Mais la capitale est aux prises avec une secte d’assassins : la secte d’Anghor qui organise plusieurs attentats mortels… Les nouveaux élèves vont devoir très vite apprendre à combattre ensemble et à trouver une solution pour contrecarrer les plans de la secte…

 

Un livre de fantasy réussi et passionnant !

On suit les premiers pas des élèves dans une académie diplomatique de haut niveau. Mais tous les élèves ne viennent pas du même monde et ils vont devoir apprendre à se connaître et à étudier mais aussi à combattre d’un même cœur…

L’intrigue est complexe mais assez courte et on espère une suite pour nos valeureux héros !

 

Bien écrit, la couverture du roman est sublime et nous permet de mieux nous représenter les personnages…

Une intrigue politique et assassine dans un monde de fantasy très réussi !

A découvrir sans attendre…

 

176 pages / 12,90€

 

 

 

Posté par arthurtenor à 12:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 juillet 2018

Un sujet qui passionne...

On sent que le thème de ce livre a passionné ce lecteur-blogueur. Au point qu'il raconte TOUT le livre. Je conseille donc, si ce dernier vous intéresse, de ne lire que le dernier paragraphe reproduit ci-dessous...

Un grand merci à Arsène.

 

https://lecoinlecturedarsene.wordpress.com/

Plastique apocalypse, de Arthur Ténor

SOS, Terre en détresse…..

" [...] Dans Plastique apocalypse, Arthur Ténor aborde le thème de l’écologie en soulignant l’importance des comportements individuels et collectifs des hommes. L’écologie doit être notre cheval de bataille. Une prise de conscience collective est nécessaire pour préserver une planète en danger. Cette histoire est poussée à l’extrême, le début peut paraître un peu lourd mais il nous met devant une évidence : l’Homme est un danger pour lui-même, défiant constamment la nature qui reprend ses droits dans la douleur. Faut-il une catastrophe pour que chacun puisse enfin comprendre qu’agir pour le bien-être de la planète est indispensable à notre survie… Imaginez la cellule de crise qui s’installe déjà dans votre cuisine quand votre ami du quotidien, le micro-onde vous lâche au moment de chauffer votre café du matin. Et surtout, quand il faut faire appel à l’artillerie lourde qu’est la casserole !!! C’est la panique, on rage, à peine si encore on sait se servir de ladite casserole. C’est triste quand même. Réfléchissez bien à votre comportement du quotidien, si un jour il fallait renoncer à tout ça, pour le bien-être de l’Humanité, pour sa sauvegarde. Un Plastivorax peut à tout moment surgir…. "

Posté par arthurtenor à 10:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juillet 2018

Une belle chronique sur Terroriste... toi !

 Un grand merci à ce lecteur et un grand bravo pour la finesse de son analyse.

 

Posté par arthurtenor à 11:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2018

Une chronique fort bien tournée et fouillée sur La théorie du complot...

Je la découvre ce jour, et en remercie son auteur du site https://unefaimdeloupalunettes.blogspot.com/2018/07/la-theorie-du-complot-arthur-tenor.html

 

LA THÉORIE DU COMPLOT/ ARTHUR TÉNOR

 

SCRINEO
2018
9782367405582
A PARTIR DE 15 ANS

 

 
: Un sujet intéressant que celui amené par l'auteur.
Le canular. 
Pas la fausse rumeur, non, le mensonge construit et durable dans le temps.
 Bien qu'au final, le jeune héros sera malgré lui victime de son imprudence et de la rumeur cette fois.
Un drôle de "diable" entoure le jeune garçon affairé à taper sur son ordinateur sur la 1ère de couverture.
Nul doute qu'il est la mauvaise tentation, souvent figurée ainsi dans les Bd et les animés.
Petites citations.
"On ne bâtit jamais mieux un mensonge que sur des vérités. Le Malin."
"Jusqu'à ce que la vérité se retourne contre vous et vous présente l'addition. Le Sage."
On ne pouvait hélas faire plus sage et plus juste dans la moralité.
Le point de départ de l'engrenage et de la mauvaise plaisanterie:
 l'attentat à Paris du vendredi 13 novembre.
Chacun d'entre nous pourrait se sentir à l'abri d'une telle mésaventure, il ne nous viendrait jamais une telle idée.
Ce peut-il avec l'adolescence que l'on soit "si jeune et fou, si jeune et c#", comme le dit l'expression fondée sur une grande insouciance débridée?
 
Certains ados vous crieraient que c'est exagéré, qu'ils ne sont pas sots, que sur la base de l'empathie et du respect évident, on ne peut tomber dans ces écueils faciles.
Les parents plisseraient les yeux, dégaineraient un rictus de la bouche rapide et violent. L'expression qui leur a échappé, le doute. Non pas qu'ils doutent pleinement. Disons plutôt qu'ils ont été jeunes, eux aussi et que le bon sens est faillible.
 
La Théorie du complot , c'est la mésaventure de Sébastien, 15 ans, seigneur en hautes herbes des canulars sur le net.
Il était une fois...les ados qui découvrent la crédulité des autres comme l'homme le feu et ainsi, au nom de leur science( et au nom du rire entre copains peut-être aussi), expérimentent, mesurent leur facilité à déterminer la vérité. 
La compétition est ouverte, que les plus cools gagnent.
On est jeune, on est fou, vous disais-je.
 
Au travers de cette petite intrigue complexe, Arthur Tenor ouvrira des graines de réflexion intéressantes, à débattre peut-être aussi avec des adultes.
Peut-on rire de tout et comment, sans que cela ne nuise à autrui?
 
Son personnage de Sébastien est particulier, autiste à l'esprit vif, surdoué déja blasé, galvanisé d'une énergie faite pour le pied de nez des gogos.
Son statut donne de la distance, lui offre sans doute une autre excuse.
 
Son site "Vendredi maudit", nouvelle source d'infos proposée sur la catastrophe du 13 novembre (parce qu'il l'a décidé) est destiné à être son plus grand coup de maître, le meilleur du canular. Par où commencer?
La vérité sans doute, l'inspiration viendra par la suite.
Le personnage se voit bien attrapé lorsqu'un mystérieux personnage semblant connaître ses exploits, se propose de lui fournir de la matière première pour un scoop sur le sujet.
Quel sera son public? Des naïfs, des ados à l'humour noir, des torturés à la mode moribonde?
 
La démarche du jeune Sébastien semble un peu tordu, pourrait-on penser, de mener son entourage par le bout du nez à partir de cet élément ci. Non?
 
Cette source mystérieuse du net lui propose même de le payer pour les diffuser.
 (cela devrait faire tilt, non?)
Pourquoi ne pas faire appel à un professionnel, un journaliste qui vérifierait la véracité des sources, pourrait-on encore se demander?
Cela sent le roussi et nous basculerons sérieusement dans le thriller. 
On sent Sébastien très coupable d'avoir été aussi malléable.
 
Bon public de l'info, nous demandons le droit de savoir si il se sortira de ce guêpier et tournons les pages en quête de vérité.
 
À qui profite le crime, le vrai?
Le personnage un poil paranoïaque et bien connu Fox Mulder de la série "X-Files" vous clamerait la prudence et  et insisterait sur sa grande théorie " la vérité est ailleurs".
 
Non, jeunes lecteurs, vous ne serez pas des gogos, mais vous serez ferrés par l'auteur pour tomber dans sa drôle d'intrigue.
Un complot sans danger, bien au contraire et vous auriez raison d'insister et d'aller plus loin dans le roman.
 
Que risque le jeune Sébastien a poster sur son site les détails non vérifiées d'une affaire nationale? Bonne question. A demander autour de soi, à des adultes peut-être, à des professionnels du sujet.
Information ou diffamation? Nous sommes sur le terrain du journalisme.
Le "corbeau" de Sébastien, Lucidas, le paie pour le service, d'où vient cet argent?
 
Personnellement, j'apprécie et reconnais un vrai sens de la pédagogie adapté chez Arthur Ténor, il nous semble possible de pouvoir parler de tout, de choses peu agréables mais qui nous questionnent, avec justesse, modération, en bonne intelligence et cela à hauteur d'ados.
 
L'auteur surfe sur le thème des dangers possibles du net, qui deviendra d'ailleurs au final le sujet principal.
Lucidas devient clairement progressivement un harceleur ( un hackceleur, je viens de l'inventer et ça sonne bien).
Un titre pour un public plus mâture que l'autre roman tout aussi intéressant "Je suis CharLiberté".
Un thriller ou support utile de discussion à noter.

Posté par arthurtenor à 19:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Une information qui intéressera ceux qui ont lu et apprécié Le royaume des 7 Tours...

 

Les fabuleux : A l'origine des voyages extraordinaires était manquant et certains lecteurs le regrettaient après avoir lu " Le royaume des 7 Tours ".

Ce roman d'héroic fantasy, préquel du titre susnommé, est réimprimé, ce qui est... FABULEUX !

sorties-scrineo-jeunesse-printemps-2013-L-_Sol3w

Posté par arthurtenor à 18:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2018

On en parle dans Science et Vie Junior... et ailleurs

Sur Nantes Livres Jeunes

NANTES LIVRES JEUNES ANALYSE DU COMITE DE LECTURE – 2017
LA THEORIE DU COMPLOT

Permalink : http://livrjeun.bibli.fr/index.php?lvl=notice_display&id=32607
TRES BON LIVRE

[...] Sur un sujet d'actualité, Arthur Ténor se montre une nouvelle fois très efficace : son protagoniste si peu doué pour les contacts humains finit par attirer la sympathie du lecteur. Plongé dans son univers de geek, plein de naïveté juvénile malgré sa grande intelligence, il se retrouve en effet pris au piège d'une personne mal intentionnée, sans plus savoir comment s'en sortir. Tout en traversant cette histoire sordide, il découvre l'amitié et peut-être l'amour, preuve que tout n'est pas perdu. Il n'empêche, ce récit à suspense est aussi un bon support pour faire réfléchir aux "fake news" et autres dangers du Net. A conseiller.
Marie-Paule DESSAIVRE

Posté par arthurtenor à 11:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]