Arthur Ténor - auteur jeunesse

24 octobre 2020

Que répondre ? RIEN !

Posté par arthurtenor à 21:25 - Commentaires [1] - Permalien [#]


21 octobre 2020

" Aux armes, citoyens ! "

 

 

Cette interview date de 2016. Pourtant, elle reste diablement d'actualité. J'y parle des mes romans " engagés " et y lance cet appel " Aux armes citoyens ! " parce que notre liberté, notre laïcité, nos valeurs républicaines étaient alors menacées... comme aujourd'hui.

https://youtu.be/sL97cQQmpDI

Posté par arthurtenor à 23:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2020

Lisez donc cet article...

Lorsque je suis invité dans les collèges à parler de mon roman " Je suis Charliberté ! " paru chez Scrineo, j'évoque toujours cette affaire invraisemblable (pour un post-68tard comme moi) d'un lycéen menacé de mort pour avoir exercé son droit républicain à la liberté d'expression. Eh bien, je viens de retrouver l'article de Libération qui en parle. C'était en mai 2015, plus de cinq ans ! J'ai l'impression que, non seulement cette cause fondamentale n'a pas avancé d'un pouce mais qu'elle continue de se dégrader.

A notre niveau que faire ? Communiquer, évoquer, éduquer, surtout éduquer.

http://www.liberation.fr/societe/2015/05/21/un-lyceen-menace-de-mort-apres-la-publication-d-un-journal-special-charlie-hebdo_1313943

Un lycéen menacé de mort pour avoir publié un journal spécial «Charlie Hebdo»

Par LIBERATION, avec AFP 21 mai 2015 à 17:26

Charlie Hebdo, en kiosque, le 25 février. Photo Pascal Guyot. AFP

Un élève scolarisé dans le Val-de-Marne et rédacteur en chef du journal de son lycée est l’objet de menaces de mort répétées depuis fin janvier. Une manifestation de soutien a été organisée.

Louis, 17 ans, a reçu sept menaces de mort depuis fin janvier, dont deux comportant une ou plusieurs balles. Car cet élève du lycée Marcelin-Berthelot de Saint-Maur-des-Fossés (dans le Val-de-Marne) a fait paraître le 22 janvier un numéro spécial Charlie Hebdo dans La Mouette bâillonée, le journal de son lycée.

Dans ce numéro titré «Je suis Charlie», les élèves pouvait y lire des billets d’humeur, des poèmes, des dessins, mais aucune caricature de Mahomet. «C’était un hommage aux 17 victimes sans discrimination, pour les juifs, les journalistes, les policiers», explique Louis.

Croix gammée, cercueil et lettre de menace de mort

Ce lycée réputé de de 2 300 élèves a été directement touché par les attentats. Un élève y a perdu son père, le correcteur Mustapha Ourrad, dans l’attaque de Charlie Hebdo, tandis qu’une autre a vu son oncle décéder lors de la prise d'otage d’Amédy Coulibaly dans l’Hyper Cacher à Vincennes.

Mais dès le lendemain de la diffusion de ce numéo de soutien à l'hebdomadaire, Louis découvre dans la boîte aux lettres de son journal une enveloppe contenant la Une du fameux numéro sur laquelle ont été agrafés une croix gammée, un cercueil et une lettre de menace de mort. Il dépose plainte au commissariat de Saint-Maur qui ouvre une enquête. Mais depuis, il en a reçu sept et la dernière, qui remonte à début mai, avait «un goût d’ultimatum» selon lui.

Louis, «très affecté psychologiquement» selon sa mère qui ne «comprend pas l’acharnement» que subit son fils, confie ne «dormir que quelques heures par nuit», «ne plus sortir seul dans la rue» et se déplacer avec «deux bombes lacrymogènes» en permanence sur lui. Chaque soir, il est raccompagné chez lui à la sortie des cours par le proviseur ou son adjointe. 

Un droit de retrait des enseignants

Plusieurs enseignants ont décidé d’exercer leur droit de retrait jeudi et se sont rassemblés avec de nombreux élèves à midi devant l’entrée du lycée, pour manifester leur soutien à cet élève, inscrit en classe de Première.

«Cela dure depuis des mois. Au début, nous n’avons rien dit pour laisser l’enquête se faire, mais rien de concret n’a été fait», déplore Pascale Morel, professeure d’histoire, pour justifier le débrayage. Elle s’indigne du silence du ministère de l’Education nationale, «qui a pourtant fait de la lutte contre le harcèlement l’une de ses prioriés». Le proviseur de l’établissement n’a pas souhaité commenter.

 «La liberté d’expression est menacée. 11 janvier, 21 mai, même combat» s'alarme le journal du lycée La Mouette bâillonée dans un communiqué. 

«Cette affaire est prise très au sérieux», indique une source judiciaire. «Plusieurs auditions d’enseignants et d’élèves ont déjà eu lieu et des analyses biologiques» sur les lettres sont en cours, précise cette source.

Une délégation de six personnes, composée de professeurs et de parents d’élèves, doit être reçue vendredi matin par le rectorat de Créteil. «La situation est préoccupante», confie Vincent Auber, directeur académique adjoint du département. «Nous avons été réactif dès la première lettre, nous avons vu et reçu l’élève à plusieurs reprises, mais nous ne souhaitions pas interférer dans l’enquête en cours, surtout qu’il s’agit d’un mineur.»

Posté par arthurtenor à 16:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 octobre 2020

Soyons libre comme l'Art, comme la République et plus que cela encore...

 

Image Je suis Libre comme l'Art

Posté par arthurtenor à 10:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

" Une collection qui devrait devenir obligatoire dans les écoles "...

Les premières chroniques arrivent et sont particulièrement encourageante...

Voici une superbe appréciation du titre, mais aussi de la collection. On retiendra particulièrement ce passage “ cette collection devrait devenir obligatoire dans les écoles “. Une citation à relayer.
Bonne journée.
Arthur
 
https://www.lmedml.fr/2020/10/13/la-guerre-des-youtubeurs-arthur-tenor/

La Guerre des youtubeurs » Arthur Tenor

Editeur : Scrineo

Livre : ICI

Devenir riche et célèbre à 14 ans, c’est le rêve !
Magnifique, mais impossible pour la plupart des adolescents. Pas pour Amy qui l’a réalisé grâce à sa chaîne YouTube de conseils beauté, Amy la Coquette. Ses fans se comptent par dizaines de milliers, des marques prestigieuses de cosmétiques et de vêtements lui offrent des contrats mirobolants. Mais rapidement, Amy suscite des jalousies et devient une cible de choix pour un mystérieux YouTubeur, qui s’est baptisé #marredesnulles et qui entreprend de démolir son rêve…

 

 

⭐⭐⭐⭐⭐

Nouvelle parution dans la collection Scrineo engagé. J’aime cette collection parce qu’elle est à destination des plus jeunes, et elle leur montre bien les dangers de ce monde. A travers des fictions, mais est-on réellement loin de la fiction ? J’irai même plus loin en disant que cette collection devrait devenir obligatoire dans les écoles, à travers des personnages auxquels les ados pourront clairement s’identifier, ils pourraient réellement comprendre que cette course aux likes et les réseaux sociaux ne les emmèneront pas dans un univers peuplé de Bisounours galopant à dos de licornes qui sèment des paillettes !

Derrière un écran et un pseudo, n’importe qui peut faire croire être telle ou telle personne. Qui vous dit que cette fille, ou ce garçon, avec qui vous parlez de temps en temps, voir même souvent, est vraiment qui il ou elle dit être ? Après tout, derrière Alouqua (autrement dit : moi-même) se cache peut-être un pervers qui n’est là que pour vous faire croire qu’il est bien cette fille que vous côtoyez en tant que chroniqueuse littéraire ! Promis juré, ce n’est pas le cas, certains d’entre vous ont déjà vu ma tête, mais il faut s’attendre à tout avec la « magie » d’internet !

Alors oui, je suis d’accord, les réseaux peuvent avoir de très bons côtés. Un exemple tout simple, j’ai pu y retrouver une personne qui compte énormément pour moi depuis plus de vingt ans et que j’avais perdu de vue depuis très longtemps. Un autre exemple, ma rencontre avec Marlène que vous connaissez également et qui est ma jumelle diabolique depuis plus de cinq ans. Oui, il y a de belles choses via les réseaux, mais à côté de cela, il y a également tout ce que l’on ne voit pas.

Encore une belle réussite pour cette collection. Je ne connaissais d’ailleurs pas la plume de l’auteur, mais je l’ai trouvée très fluide et plaisante à lire. Je vais m’intéresser de plus près à cet auteur qui a déjà pas mal de parutions à son actif.

Merci aux éditions Scrineo.

 

Ou sur Babelio.fr...

Emilie77400
  10 octobre 2020  
   
Un petit livre pour nos jeunes ados afin de les faire réfléchir un peu.
Tout part d'une histoire qui paraît légère au début mais qui se termine avec une vraie réflexion.
Le harcèlement via les réseaux sociaux est un réel problème, notamment chez nos ados qui y sont complètement accros. J'observe cela en tant que professeur et c'est certainement une des choses qui m'inquiète le plus en tant que maman. Ce livre dresse un portrait assez proche de la jeunesse d'aujourd'hui, de leur fascination du "like", et personnellement, je trouve cela assez -très- inquiétant.
La fin est assez "coup de poing". Je ne vous en dis pas plus car je pense vraiment que c'est un livre très intéressant à lire et à faire lire à vos ados, dans la mesure ou vous en parlez avec eux après.
Pour tout vous dire j'en ai parlé à la professeur documentaliste de mon collège pour qu'elle l'achète, lui et d'autres livres de cette collection.
https://www.babelio.com/livres/Tenor-La-Guerre-des-Youtubeurs/1256941
Pour ceux que cela intéresse, voici les autres titres de la collection ENGAGÉ :
Sur la liberté d'expression (un titre écrit après les attentats de janvier 2015) :

Je suis CharLiberté-BAT-coul2

 Sur le débat " la laïcité au collège " :

Capture

Sur les dangers de la désinformation malveillante :

Couv complete 1

Sur la vulnérabilité de la jeunesse dans le monde du " smartphone roi " :

Capture couv Smarphone

Sur le droit (bafoué) à l'image :

#trahie_def

À 14 ans, Apolline ne pensait pas qu’Aurian pourrait la remarquer, et pourtant… Depuis cette fameuse soirée, son cœur danse dans les bras de ce lycéen dont elle est folle amoureuse. Mais quand Aurian dépasse les bornes, l’amour vole en éclat. Trahie, l’adolescente vit une véritable descente aux enfers, ne sachant plus vers qui se tourner…  Comment se reconstruire quand les autres sont capables du pire ?

 

 

 

 

Posté par arthurtenor à 10:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 octobre 2020

La guerre des youtubeurs est arrivée. C'était inéluctable !

En ce premier jour d'octobre, vous pouvez enfin prendre part à... osons le dire, acquérir tout simplement, ce roman déjà qualifié de Scandale du siècle par les pourrisseurs de réputation de la planète Youtube.

Couv provisoire La guerre des ytbeurs

 

 

 

Devenir riche et célèbre à 14 ans, c’est le rêve ! Magnifique, mais impossible pour la plupart des adolescents. Pas pour Amy qui l’a réalisé grâce à sa chaîne YouTube de conseils beauté, Amy la Coquette. Ses fans se comptent par dizaines de milliers, des marques prestigieuses de cosmétiques et de vêtements lui offrent des contrats mirobolants et sa réussite inspire l’initiative. Ainsi, Titouan, un camarade de classe, tente l’aventure sur un thème bien moins porteur, la défense de l’environnement. Amy crée aussi des jalousies et des suspicions. Elle pourrait aussi devenir une cible de choix pour la malveillance. Et en effet, elle va l’apprendre à ses dépens lorsque, en pleine ascension, un mystérieux youTubeur, qui s’est baptisé #marredesnulles, entreprend de démolir son rêve. S’il y parvient, il pourra s’enorgueillir d’être un vrai « YouTutueur », ainsi que Titouan désigne les trolls du Web qui ont fait de la malveillance un joyeux divertissement. Mais lui aussi a des armes pour mener une youTuguerre meurtrière…

 Une chronique canon " https://accrocdeslivres.blogspot.com/2020/10/la-guerre-des-youtubeurs-darthur-tenor.html

La guerre des youtubeurs d'Arthur Ténor

Mon avis
Après avoir lu L’île secrète, je me suis lancé dans La guerre des youtubeurs, je voulais changer un peu de genre et je savais qu’en plus, la lecture en serait rapide. Il s’agit d’un roman court de moins de 200 pages mais je vous assure que le message passe parfaitement. J’étais assez curieuse de découvrir ce livre qui est vraiment ancré dans notre société actuelle avec les réseaux sociaux et surtout les ravages qu’elle peut faire lorsqu’ils sont utilisés à mauvais escient. Et le résultat est efficace, c’est un roman vraiment intéressant, percutant qui ne laissera personne indifférent.
Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent vite pour s’en rendre compte. L’écriture de l’auteur est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire qui nous confronte a une dure réalité et qui donne matière à réfléchir.
Les réseaux sociaux sont des moyens de communication incontournable aujourd’hui, aussi bien pour la vie professionnelle que privée et d’autant plus pour les adolescents. Si elle peut apporter beaucoup – ça fait plus de 10 ans que je tiens mon blog et j’y ai fait de belles rencontres, on y voit aussi une face bien plus moche quand ils sont utilisés à mauvais escient.
Le harcèlement scolaire a toujours existé mais avec les réseaux sociaux il est exacerbé et surtout il s’infiltre jusque chez les gens. Quand autrefois, ce harcèlement n’était qu’à l’école, aujourd’hui il peut continuer dans la sphère plus privée. Dans cette histoire, Amy va en faire les frais. Elle tient une chaîne youtube de beauté : Amycoquette et va être la cible d’un « yoututueur » comme le nomme Titouan, l’un des camarades de classe d’Amy, afin de détruire son image et la faire descendre de son piédestal. C’est une descente aux enfers pour l’adolescente qui ne compte pas se laisser faire, mais cette histoire va vite la dépasser et aller très loin. Titouan va essayer de trouver des solutions pour l’aider mais tout ne va pas se passer comme prévu.
L’intrigue est bonne et bien menée, on suit de près Amy et Titouan, elle qui se renferme sur elle-même à cause des accusations et diffamations à son encontre et de l’autre Titouan qui veut l’aider autant que possible, tout en créant aussi de son côté une chaîne youtube sur l’écologie afin de faire éveiller les consciences. Ainsi, cette histoire aborde pas mal de sujets en même temps, tout en voyant les relations entre adolescents, premiers émois amoureux, Amy ne laisse pas Titouan indifférent, loin de là et ce n’est pas sans raison qu’il veut l’aider.
L’histoire est vraiment bonne et efficace, le message passe parfaitement. Mais je vous avoue que je ne m’attendais pas à une telle fin. Je ne vous cache pas qu’elle est dure et assez imprévisible. Mais en même temps, ça peut être un électrochoc pour faire prendre conscience de certaines choses et le dernier chapitre est juste magistral et touchant au possible. Un roman qui marquera les esprits, c’est indéniable.
Les personnages sont intéressants, on a là un panel d’adolescents assez différents les uns des autres. Titouan est vraiment sympathique et attachant. Cette affaire va lui ouvrir les yeux sur bon nombre de choses, il va voir le vrai visage de certaines personnes. Il a un bon fond et veut aider son prochain et a à cœur tout ce qui a attrait à l’écologie, etc. Amy n’est pas une oie blanche, loin de là, son comportement par moment peut laisser à désirer mais pour autant elle ne mérite pas cette vendetta pour détruire son image et la chaîne qu’elle a créée. Les adolescents ne sont pas toujours tendre entre eux, mais bien souvent n’ont pas toujours conscience du mal qu’ils peuvent causer. "
En bref, La guerre des youtubeurs est un roman que j’ai bien apprécié même si je ne vous cache pas le fait qu’il soit dur. Une histoire très ancrée dans la réalité évoquant le harcèlement par les réseaux sociaux et les ravages qu’elle peut faire. Un roman fort et percutant dont le message passe parfaitement et fait prendre conscience des conséquences que cela peut avoir. Un roman militant dont la cause écologique est aussi évoquée à travers la chaîne de Titouan pour faire réagir et inciter les gens à se regarder en face et voir dans quel monde ils veulent vivre. À lire !

Posté par arthurtenor à 16:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2020

Scandale !

SCANDALE ! Ce cochon de tueur de réputation de youtubeuses (et youtubeurs) a encore frappé, et cette fois c'est à ma prochaine sortie chez Scrineo qu'il s'en prend. La seule solution pour lui clouer le groin, c'est d'acheter en masse ce roman :

 

Posté par arthurtenor à 14:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 septembre 2020

A lire, dans le magazine ZAP...

ZAP est un magazine culturel de la région de Clermont-Ferrand. Dans le N° de septembre, vous pourrez y lire un entretien avec votre serviteur... A lire si vous avez envie de me connaître un peu intimement...

http://myzap.fr/magazines/septembre-2020/

Posté par arthurtenor à 23:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 septembre 2020

Une guerre des youtubeurs qui va faire du bruit...

...enfin, je l'espère. En tout cas, vous la trouverez à partir de début octobre chez votre libraire.

Couv provisoire La guerre des ytbeurs

En voici le pitch : "

Devenir riche et célèbre à 14 ans, c’est le rêve ! Magnifique, mais impossible pour la plupart des adolescents. Pas pour Amy qui l’a réalisé grâce à sa chaîne YouTube de conseils beauté, Amy la Coquette. Ses fans se comptent par dizaines de milliers, des marques prestigieuses de cosmétiques et de vêtements lui offrent des contrats mirobolants et sa réussite inspire l’initiative. Ainsi, Titouan, un camarade de classe, tente l’aventure sur un thème bien moins porteur, la défense de l’environnement. Amy crée aussi des jalousies et des suspicions. Elle pourrait aussi devenir une cible de choix pour la malveillance. Et en effet, elle va l’apprendre à ses dépens lorsque, en pleine ascension, un mystérieux youTubeur, qui s’est baptisé #marredesnulles, entreprend de démolir son rêve. S’il y parvient, il pourra s’enorgueillir d’être un vrai « YouTutueur », ainsi que Titouan désigne les trolls du Web qui ont fait de la malveillance un joyeux divertissement. Mais lui aussi a des armes pour mener une youTuguerre meurtrière… "

Posté par arthurtenor à 14:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 septembre 2020

Nous sommes toujours et resterons Charlie...

Avec la revue L'éléphant...

https://lelephant-larevue.fr/thematiques/la-liberte-dexpression/?fbclid=IwAR2qnvgAYDNxYhhr7l4nf7bdmDJjoWdebKe4-9isZ5e-CzxSa9GGbTdm6_k

 

Par Loïc Seeberger
paru en avril 2020
L'Elephant N° 30
  • liberté
  • d'expression
  • liberté d'expression
  • Un « crime imaginaire »
  • Trois infractions prévues par la loi

La liberté d’expression

Le procès des attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher est l’occasion de rappeler ce que l’on a le droit de dire et ce qui est réprimé.
Le 2 septembre s’est ouvert à Paris le procès des attentats qui ont visé, il y a cinq ans, la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo, une policière municipale à Montrouge et le supermarché parisien Hyper Cacher, faisant dix-sept morts. En février dernier, l’affaire Mila, du nom d’une jeune lycéenne menacée de mort après la diffusion d’une vidéo dans laquelle elle critiquait l’islam, a pris une dimension politique. Dans les deux cas se pose la question de la liberté d’expression et du droit au blasphème en France.

Parmi les principes fondamentaux reconnus pendant la Révolution française figure la liberté d’opinion, inscrite aux articles 10 et 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789. Toute personne est, depuis lors, libre d’exprimer et de communiquer ses pensées, ainsi que d’adopter la religion de son choix ou de n’en adopter aucune. La liberté d’expression, qui a une valeur constitutionnelle, s’emploie donc de façon générique et englobe celle de la presse, dont l’apparition est plus tardive en France.

Le 16 mai 1877, le maréchal et monarchiste Patrice de Mac Mahon, président de la République, renvoie son président du Conseil en raison d’un différend sur les questions religieuses. Les tensions qui en découlent sont telles que la Chambre des députés doit être dissoute. Les élections qui se tiennent en octobre renforcent le camp républicain, qui pourra conforter sa politique sociale et abroger la loi restrictive sur la presse du 29 décembre 1875. C’est ainsi que la liberté de l’imprimerie et de la librairie est officiellement reconnue par la loi du 29 juillet 1881.

Marche républicaine en hommage aux victimes des attentats de Charlie Hebdo et du magasin Hyper Cacher et pour la liberté d’expression. ©POL ÉMILE/SIPA

Pour autant, la liberté d’expression peut être limitée afin de ne pas causer de trouble à l’ordre public ou de ne pas empiéter sur les autres libertés individuelles reconnues par la loi. Ainsi, suivant les articles 9 et 9-1 du Code civil, chacun a droit au respect de sa vie privée et de la présomption d’innocence. C’est à partir des années 1960, avec le développement de la presse dite alors « à scandale », que naît un contentieux relatif aux conflits entre les droits au respect de la vie privée et de l’image et la liberté d’expression. L’abondante jurisprudence permet ainsi de saisir les... (la suite sur le site)
...et Scrineo Jeunesse, nous sommes et resterons toujours Charliberté !

Couv Charliberté-Amazon

Posté par arthurtenor à 18:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2020

Et si vous vous offriez un quart d'heure affreusement drôle ?

C'est ici...

https://www.youtube.com/watch?v=S1UAsMTpEis

 

Posté par arthurtenor à 16:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2020

Avis à ceux qui connaissent et ont aimé " Le livre dont vous êtes la victime "...

Lu ce jour une critique qui fait un bel écho à un nouvel opus (pour plus grands lecteurs) du concept du livre dont vous êtes la victime. J'ajoute que la chroniqueuse a particulièrement bien choisi la citation, puisque celle-ci exprime exactement le coeur du roman. A méditer...

 

Dead lines

« Ce qui est incroyable avec les êtres humains, et pas seulement les faibles ou les naïfs, c’est qu’on a beau leur annoncer avec la plus grande clarté à quelles conséquences désastreuses vont les mener leurs erreurs, ils les commettent quand même. »

Dead-lines

Résumé

Aurélien est convaincu d’être suffisamment averti pour ne pas se laisser prendre aux pièges du darkweb. Intrigué par l’ego et les mises en garde de l’auteur d’un  » livre stupéfiant  » en ligne, Aurélien valide l’achat du premier chapitre. À seulement 0,12 €, le risque est maîtrisé. Commence alors une lecture pour le moins immersive. Car s’il peut être captivant de suivre les meurtres dans un roman d’horreur, cela devient plus effrayant lorsque la mort frappe simultanément dans la réalité.

Un compte à rebours commence pour Aurélien, devenu malgré lui le héros d’un engrenage macabre. Mais pour sauver les personnages et ses proches, l’auteur n’a pas menti, le prix à payer promet d’être très élevé.

Mon avis.

Petit dernier en date d’Arthur Ténor, ce roman jeunesse va cette fois-ci nous embarquer sur les traces de l’addiction, et je dois dire que c’est assez sanglant… Génial, mais sanglant.

Pour replonger rapidement dans l’histoire, nous allons ici faire la connaissance d’Aurélien, un adolescent comme les autres, qui va un jour se retrouver au prise avec une addiction très dangereuse et dont l’ultime issue pourrait bien être sa propre mort.

J’ai vraiment adoré ce roman, qui, en plus de remettre en scène le non-moins célèbre livre dont vous êtes la victime, va nous entraîner cette fois-ci dans une aventure addictive au possible, où l’imaginaire et le réel deviennent très rapidement difficiles à discerner et où, malheureusement pour nos héros, la seule issue possible n’est pas forcément la plus sympathique.

Bref, Arthur Ténor va une nouvelle fois jouer avec nos nerfs dans cette histoire impossible à lâcher, et qui, sous couvert d’un thriller jeunesse bien sanglant (même un peu trop parfois) va traiter du sujet de l’addiction. C’est très efficace, et entre meurtres sanglants, folie, perte de repère et terreur, le lecteur / la lectrice va une nouvelle fois bien se prendre au jeu, avoir peur pour les personnages, s’énerver contre eux, ou que sais-je encore… Une chose est sûre, que vous soyez fans de lecture ou pas trop, ce roman ne devrait pas totalement vous laisser de marbre. Petit conseil tout de même, veillez à avoir l’estomac bien accroché parce que par moment ça déménage quand même pas mal #destinationfinale.

Les personnages sont quant à eux plutôt bien campés, agréables à suivre, mais je dois avouer que je regrette tout de même un peu que certains d’entre eux ne soient pas plus approfondis et que l’on n’en sache pas plus sur eux.

En résumé, accrochez vos ceintures car le livre dont vous êtes la victime est de retour et même s’il change de format et de nom, il est encore plus dangereux, plus glauque, plus sanglant, et mieux vaut ne même pas l’ouvrir si vous tenez à la vie.
J’ai personnellement adoré cette lecture et ne dirais pas non à une autre aventure de ce genre.

Auteur : Arthur Ténor
Éditions : Gulf Stream (Echos)
Catégorie : Fantastique / Jeunesse
Pages : 208
Ma note : ★★★★★

https://malittleclementine.com/2020/08/24/dead-lines/

Posté par arthurtenor à 09:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 juin 2020

Une bien sympathique deuxième chronique...

Pour Les pierres de dragon tout récemment en librairie...

https://revesurpapier.blog4ever.com/les-pierres-de-dragon-de-arthur-tenor

Les pierres de dragon de Arthur Ténor

 

  Fantastique - Jeunesse

160 pages

Parution : le 18 juin 2020

Editions AUZOU

 

Synopsis :

 Sengé reçoit pour son douzième anniversaire une pierre spéciale de la part de son grand-père. Il va bientôt découvrir qu'il s’agit d'une pierre de dragon, et qu’il est lui-même un enfant mi-humain, mi-dragon dont les pouvoirs viennent de se révéler. Attention : pour l’instant, il fait partie des valeureux dragons-sentinelles mais s’il ne parvient pas à maîtriser sa force et son orgueil, il pourrait bien passer du côté plus obscur : les dragons-conquérants. Son ennemi du collège, Karl, fait partie de ceux-ci et les deux garçons vont devoir s’affronter?

 

L'avis de *Andy* rêveur et mangeur de papier

Sengé est un garçon né au Tibet, adopté par la famille Lanson alors qu'il n'était qu'un tout petit bébé. Aujourd'hui, il a presque douze ans. Si il a toujours été d'une nature joyeuse et insouciante, son entrée en sixième semble avoir quelque peu changé son comportement. Sengé déteste l'injustice, et en particulier Karl, la brute du collège...

Mais c'est surtout l'incroyable révélation de son grand-père Gendun qui va changer le cours de sa vie. Le jour de son anniversaire, celui-ci lui fait part de la légende des dragons, de l'existence des Pierres des Dragons confiées à des enfants. C'est alors que Sengé se voit confier l'une ces pierres et il semblerait que deux voies s'offrent à lui.

C'est dans ce contexte bien mystérieux que débute la lecture et on s'attache aussitôt au destin de ce  jeune héros pas très intimidant physiquement mais qui possède un fort caractère et un grand cœur. Sengé ne comprend pas bien ce que ces révélations impliquent réellement et retourne à sa vie de collégien ordinaire. Mais désormais c'est ancré en lui et il va devoir se familiariser avec cette partie de lui.

Dans cette aventure, grand-père Gendun est un peu notre guide et j'ai aimé récolté des informations auprès de lui. Il est rassurant, il met en garde aussi parce que Sengé ne doit surtout pas se laisser aveugler par sa toute nouvelle confiance, par ses capacités. C'est l'un des personnages que j'ai préféré pendant cette lecture.

Cette première aventure est vivante, prenante et se lit très rapidement. Je pense même que c'est le genre de livre qu'on peut faire lire à des enfants qui n'aiment pas forcément la lecture. On embarque facilement aux côtés de Sengé qui se doit d'être un digne représentant de sa lignée et c'est une très bonne chose que cette aventure rythmée et mystérieuse soit ancrée dans la vie ordinaire d'un collégien, avec tous ses petits tracas. J'ai hâte de lire la suite !

 

"... - Je te vois inquiet. Pourquoi donc?

- Je ne sais pas. Maman m'a parlé d'un cadeau mystérieux et de révélations.

- C'est exact. Et tu n'as pas tort d'avoir un peu peur. En vérité, si j'étais à ta place, moi, je serais terrorisé.

- Ah oui? Tu rigoles ou c'est pour de vrai?

- Que te dis ton cœur?

Sengé baisse les yeux. La vérité, c'est qu'il éprouve une boule au ventre comme lorsqu'un professeur l'appelle au tableau ou qu'une fille (il n'y a eu que Chloé jusqu'à présent) lui demande un bisou sur la bouche... "

 

"... Il est très important que tu apprennes à distinguer l'orgueil de la fierté. L'orgueil est produit par la faiblesse et la médiocrité. La fierté est la force de celui qui a accompli, non pas forcément des exploits, mais des progrès, et qui réussit grâce à ses efforts... "

 

Posté par arthurtenor à 19:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juin 2020

Les Pierres de dragon - la toute première chronique.

Et elle est très encourageante !

https://lapommequirougit.com/2020/06/14/la-metamorphose-les-pierres-de-dragon-1-%E2%80%A2-arthur-tenor/
 

4/5 – DEVENIR DU JOUR AU LENDEMAIN UN PETIT GARÇON MI-HUMAIN MI-DRAGON 🐉

J’ai aimé : L’univers des dragons
J’ai moins aimé : -

Je remercie les Éditions Auzou pour cette lecture. Un petit roman jeunesse court, mais fort prenant ! Au début, j’avais peur vu sa longueur, de ne pas avoir le temps qu’il se passe grand-chose dans ce premier tome, mais j’avais tort de le penser !

Sengé est un jeune garçon qui s’apprête à bientôt fêter ses douze ans. Justement, son grand-père a un cadeau spécial pour lui : une pierre de dragon. Au début, Sengé est plutôt déçu, il s’attendait à quelque chose de mieux qu’un simple bijou.

Pourtant, il va rapidement se rendre compte que cette pierre n’est pas un simple bijou, mais lui procure certains pouvoirs, comme une force inimaginable. Il va rapidement comprendre, en allant régulièrement poser des questions à son grand-père : il est un homme dragon.

La métamorphose (Les pierres de dragon #1) - Citation

Mais dans son école, il y a une bande, dont un garçon en particulier qui le harcèle. Il va rapidement se rendre compte que ce dernier est également un homme dragon. Ah nouvel ami de son espèce donc ? Pourtant, ce n’est pas si simple.

En effet, il existe deux types de dragon. Les dragons sentinelles qui cherchent à faire le bien et les dragons conquérants dont le cœur est habité par la haine. Le grand-père de Sengé, fait tout ce qu’il peut pour que ce dernier soit une sentinelle. Le souci, c’est que son harceleur est un conquérant et il est prêt à tout pour le pousser du mauvais côté…

Déjà, j’ai apprécié cette histoire. Elle est sympathique, sans prise de tête et avec un mélange de fantastiques. De plus, il y a clairement un message de fond sur le harcèlement en milieu scolaire et ça m’a particulièrement touché !

J’avais peur qu’il ne se passe pas grand-chose avec 160 pages, mais ce format reste suffisant pour cette histoire jeunesse. De plus, ce n’est qu’un premier tome et je me demande bien ce que la suite peut nous réserver. 🙂

En bref, un premier tome intrigant, un message de fond intéressant et un personnage principal plaisant. J’ai apprécié de découvrir ce premier tome des pierres de dragon et l’univers que voulait nous proposer Arthur Ténor !

les-pierres-de-dragon-tome-1-la-metamorphose

 
 

Posté par arthurtenor à 15:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juin 2020

L'avertissement des abysses a les honneurs de Silence...

Puisse cette belle présentation faire beaucoup de bruit...

https://www.revuesilence.net/numeros/490-Sur-le-sentier-des-herboristes/l-avertissement-des-abysses-d-arthur-tenor
 
 

Posté par arthurtenor à 09:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mai 2020

Tout doucement, le monde se remet à tourner...

Quelle joie d'annoncer la naissance d'un nouveau bébé !

Il aurait dû arriver (dans les rayons) un peu plus tôt... mais le voici, tout beau, tout coloré et bourré de drôles de créatures pas toutes sympathiques, mais toutes avec un caractère de dragon.

C'est chez AUZOU...

Bon en fait, il ne sortira que le 18 juin. En attendant, si cela vous tente, je vous propose en amuse-bouche les trois premiers chapitres... ici http://tenorselivre.canalblog.com/

les-pierres-de-dragon-tome-1-la-metamorphose

Plat4 P de Dragon

 

 

Posté par arthurtenor à 12:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mai 2020

A l'approche du commencement de la fin...

A l'approche du début de notre libération, voici qui donne le moral à l'auteur. Puisse les amateurs de sensations (littéraires) fortes être piqué au vif de leur curiosité...

C'est sur le site : http://summariesbooks.weebly.com/billets/mon-avis-sur-dead-lines

 

Photo


Titre : Dead Lines

Auteur : Arthur Tenor

Editeur : Gulf Stream

Nombre de Pages : 208

Date de Parution :
3 octobre 2019

Mon Avis : (Garanti sans spoilers)

 
Arthur Tenor est un auteur prolixe, sa bibliographie comptant plus de 120 titres. Après Smartphone panique, il explore de nouveau les dangers des nouvelles technologies, et plus particulièrement de l'addiction aux écrans, avec Dead Lines.

Aurélien est un collégien de 15 ans des plus ordinaires. Élève moyen, il adore passer ses journées avec son meilleur pote et draguer les filles. Quand il tombe sur une annonce d'un abonnement à un roman feuilleton pour découvrir Le Livre STUPÉFIANT dont vous êtes la victime, et malgré les avertissements de l'auteur, Balthazar Natas (verlan de Satan…), Aurélien hésite peu. A quelques centimes le premier chapitre, il ne risque pas grand-chose, surtout qu'on parle de lecture… Rien à voir avec une drogue. Sauf que, quand ce qui se déroule dans le roman a un impact sur la réalité du collégien, Aurélien comprend qu'il ne pourra pas arrêter l'expérience aussi facilement, et sans doute pas sans se mettre en danger lui et les siens.

Si les dangers du darknet, cet envers du décor clandestin de l'internet traditionnel, sont évoqués en début de roman, le propos de Dead Lines s'intéresse surtout aux phénomènes d'addiction, aux contenus numériques plus particulièrement. Loin d'être moralisateur, le roman, en s'appuyant sur le fantastique et sur une addiction à la lecture, addiction a priori inoffensive, nous permet de nous projeter dans ce que vit Aurélien.

Dead Lines comporte deux récits parallèles : à la fois l'histoire d'Aurélien mais également le récit fictif, Le stupéfiant roman dont vous êtes la victime. Véritable mise en abime du livre dans le livre, le lecteur est rapidement fasciné par ces deux récits, et surtout leurs interactions mutuelles. A la fin de chaque chapitre, on est comme Aurélien : avide de connaitre la suite, à se rassurer en se disant "encore un et j'arrête".

Le sujet de l'addiction est extrêmement bien abordé, nous mettant nous même dans l'attente de cette "dose". On assiste à la plongée dans la folie d'Aurélien, le soulagement qu'il ressent quand il peut enfin lire un nouveau chapitre et l'angoisse de plus en plus profonde dans laquelle il se retrouve à la fin de chaque lecture.

Le récit est loin d'être rose et si le roman s'adresse en priorité aux adolescents, sachez que de nombreux meurtres jalonnent l'histoire et qu'il ne faut pas être un lecteur trop sensible pour lire ce déchainement de violence.

Concernant l'écriture, la tension est parfaitement entretenue de bout en bout. Les chapitres du Livre stupéfiant sont écrits avec une écriture plus "facile", se rapprochant d'un langage plus oral qu'écrit, mais cela est cohérent puisque ce livre s'adresse à un adolescent et qu'il est en parti le reflet de ses pensées.

La fin est volontairement ouverte. Il y a un côté très frustrant à cela car on a terriblement envie de démêler le réel du fictif, mais c'est aussi une belle page blanche pour laisser libre court à toutes nos hypothèses, qui sont nombreuses, vu ce que ce roman a mis en branle dans notre esprit.
 
 
Dead Lines est un roman qui utilise la métaphore de l'addiction à un roman feuilleton pour nous faire ressentir à travers le personnage d'Aurélien les affres de la dépendance. La tension est omniprésente et, à l'image des personnages, on oscille en permanence entre réel et fiction, entre rationalisme et folie. Si les fins ouvertes ou un nombre de morts conséquent ne vous dérangent pas, ce roman adolescent devrait vous rendre rapidement accro !
 

... Bonne Lecture ...

Posté par arthurtenor à 15:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mars 2020

Lu ce jour sur Babelio...

Il est vrai que, pour ceux (surtout les enfants) qui veulent savoir ce que cela donne une pandémie catastrophique, ce petit roman est tout désigné...

Plastique apocalypse
  23 mars 2020
Plastique apocalypse de Arthur Ténor
 
   
Un petit roman, une nouvelle, dans une collection destinée aux petites lectures. Cette histoire mériterait d'être développée, et en même temps elle suffit à elle-même. Le plastique anéantit par une bactérie: un semblant de fin du monde pour finalement retrouver un équilibre dont notre planète a tant besoin. A ces heures de confinement pour le covid-19, cette lecture ne peut pas laisser indifférent! Je découvre cette collection "Rester vivant" dans le cadre de l'opération Facile à lire. Hâte de pouvoir emprunter d'autres titres!

Posté par arthurtenor à 11:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 février 2020

Les Nano-mutants II - Total Heroes

Il est tout beau, il est tout nouveau, il est le Total Heroes.

Pour les jeunes lecteurs de 10 - 12 ans, friands de super aventures de super héros qui connaissent de super ennuis grâce à leurs super pouvoirs...

NANO-MUTANTS-XP

 

L'imprudent mais sympathique Victor Chambor a ouvert la boîte de Pandore et les nano-mutés, ennemis ou amis, pullulent désormais dangereusement.
Au risque de transformer leur collège en zone de guerre et la ville en réplique miniature de Gotham City !
Accompagné du très maladroit Super-Benjamin Kleber et de la belle Super-Kira, le jeune garçon va tenter de circonscrire les menaces qui se multiplient.
Pourront-ils compter sur l'aide de Zeus, entité cybernétique extraterrestre loufoque, à l'origine de cette multiplication de nanomutants ?
Et le trio de bras cassés parviendra-t-il à se muer en Total Heroes ?
Rien n'est moins sûr...

Posté par arthurtenor à 18:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 février 2020

Voyez comme le monde est divers...

Je reviens sur le roman d'Amélius Melgan annoncé dans un précédent message. Voyez comme le monde est divers. Je reproduis deux avis sur le dénouement publié par deux blogueuses. C'est assez démonstratif, et instructif en ce sens qu'il n'y a rien de mieux dans la vie (culturelle notamment) que de se faire une opinion par soi-même (à moins de préférer ne pas se fatiguer les neurones en assimilant tout cru, sans digestion, celle des autres. Au passage, c'est très souvent le cas en politique, où celui qui cause le mieux, ou qui a la plus jolie cravate ou la plus belle gueule l'emporte sur la raison) :
 
 
 
****
Eh bien on peut dire que l’auteur aura réussi à me mettre sur le c** avec cette fin, je ne pense pas me tromper en disant que c’est la toute première fois que je vois ce genre de fin, mais franchement j’ai adoré, parce que justement cela ouvre un nombre de possibilités infinies.
 
 
Mon gros problème, avec La Ligue des Malfaisants Héroïques… C’est la fin. Je l’ai cordialement détestée. Je ne vous la dévoilerai pas, pas d’inquiétude. Mais MON DIEU que je l’ai détestée! Cependant il faut admettre que c’est une fin extrêmement originale et culottée qui, j’en suis absolument certaine, séduira de nombreux lecteurs (et parents, surtout). Ce ne fut pas mon cas (même si j’ai trouvé ça très malin, en vrai).
Je suis colère.

Malfaisants héroïques

Posté par arthurtenor à 11:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]