Lu ce jour une critique qui fait un bel écho à un nouvel opus (pour plus grands lecteurs) du concept du livre dont vous êtes la victime. J'ajoute que la chroniqueuse a particulièrement bien choisi la citation, puisque celle-ci exprime exactement le coeur du roman. A méditer...

 

Dead lines

« Ce qui est incroyable avec les êtres humains, et pas seulement les faibles ou les naïfs, c’est qu’on a beau leur annoncer avec la plus grande clarté à quelles conséquences désastreuses vont les mener leurs erreurs, ils les commettent quand même. »

Dead-lines

Résumé

Aurélien est convaincu d’être suffisamment averti pour ne pas se laisser prendre aux pièges du darkweb. Intrigué par l’ego et les mises en garde de l’auteur d’un  » livre stupéfiant  » en ligne, Aurélien valide l’achat du premier chapitre. À seulement 0,12 €, le risque est maîtrisé. Commence alors une lecture pour le moins immersive. Car s’il peut être captivant de suivre les meurtres dans un roman d’horreur, cela devient plus effrayant lorsque la mort frappe simultanément dans la réalité.

Un compte à rebours commence pour Aurélien, devenu malgré lui le héros d’un engrenage macabre. Mais pour sauver les personnages et ses proches, l’auteur n’a pas menti, le prix à payer promet d’être très élevé.

Mon avis.

Petit dernier en date d’Arthur Ténor, ce roman jeunesse va cette fois-ci nous embarquer sur les traces de l’addiction, et je dois dire que c’est assez sanglant… Génial, mais sanglant.

Pour replonger rapidement dans l’histoire, nous allons ici faire la connaissance d’Aurélien, un adolescent comme les autres, qui va un jour se retrouver au prise avec une addiction très dangereuse et dont l’ultime issue pourrait bien être sa propre mort.

J’ai vraiment adoré ce roman, qui, en plus de remettre en scène le non-moins célèbre livre dont vous êtes la victime, va nous entraîner cette fois-ci dans une aventure addictive au possible, où l’imaginaire et le réel deviennent très rapidement difficiles à discerner et où, malheureusement pour nos héros, la seule issue possible n’est pas forcément la plus sympathique.

Bref, Arthur Ténor va une nouvelle fois jouer avec nos nerfs dans cette histoire impossible à lâcher, et qui, sous couvert d’un thriller jeunesse bien sanglant (même un peu trop parfois) va traiter du sujet de l’addiction. C’est très efficace, et entre meurtres sanglants, folie, perte de repère et terreur, le lecteur / la lectrice va une nouvelle fois bien se prendre au jeu, avoir peur pour les personnages, s’énerver contre eux, ou que sais-je encore… Une chose est sûre, que vous soyez fans de lecture ou pas trop, ce roman ne devrait pas totalement vous laisser de marbre. Petit conseil tout de même, veillez à avoir l’estomac bien accroché parce que par moment ça déménage quand même pas mal #destinationfinale.

Les personnages sont quant à eux plutôt bien campés, agréables à suivre, mais je dois avouer que je regrette tout de même un peu que certains d’entre eux ne soient pas plus approfondis et que l’on n’en sache pas plus sur eux.

En résumé, accrochez vos ceintures car le livre dont vous êtes la victime est de retour et même s’il change de format et de nom, il est encore plus dangereux, plus glauque, plus sanglant, et mieux vaut ne même pas l’ouvrir si vous tenez à la vie.
J’ai personnellement adoré cette lecture et ne dirais pas non à une autre aventure de ce genre.

Auteur : Arthur Ténor
Éditions : Gulf Stream (Echos)
Catégorie : Fantastique / Jeunesse
Pages : 208
Ma note : ★★★★★

https://malittleclementine.com/2020/08/24/dead-lines/