Je reviens sur le roman d'Amélius Melgan annoncé dans un précédent message. Voyez comme le monde est divers. Je reproduis deux avis sur le dénouement publié par deux blogueuses. C'est assez démonstratif, et instructif en ce sens qu'il n'y a rien de mieux dans la vie (culturelle notamment) que de se faire une opinion par soi-même (à moins de préférer ne pas se fatiguer les neurones en assimilant tout cru, sans digestion, celle des autres. Au passage, c'est très souvent le cas en politique, où celui qui cause le mieux, ou qui a la plus jolie cravate ou la plus belle gueule l'emporte sur la raison) :
 
 
 
****
Eh bien on peut dire que l’auteur aura réussi à me mettre sur le c** avec cette fin, je ne pense pas me tromper en disant que c’est la toute première fois que je vois ce genre de fin, mais franchement j’ai adoré, parce que justement cela ouvre un nombre de possibilités infinies.
 
 
Mon gros problème, avec La Ligue des Malfaisants Héroïques… C’est la fin. Je l’ai cordialement détestée. Je ne vous la dévoilerai pas, pas d’inquiétude. Mais MON DIEU que je l’ai détestée! Cependant il faut admettre que c’est une fin extrêmement originale et culottée qui, j’en suis absolument certaine, séduira de nombreux lecteurs (et parents, surtout). Ce ne fut pas mon cas (même si j’ai trouvé ça très malin, en vrai).
Je suis colère.

Malfaisants héroïques