Cette lectrice a mis le doigt de manière particulièrement pertinente sur le thème central de ce roman... le phénomène de l'addiction. Bravo et merci à Sophie...

https://leslecturesdesophieblog.wordpress.com/…/jeunesse-d…/

Jeunesse – Dead Lines – Arthur Ténor

Dead Lines est un roman fantastique d’Arthur Ténor, publié le 3 octobre 2019 aux éditions GulfStream, dans la collection Echos. Un livre dans le livre, une histoire dans l’histoire, qui pourtant s’entrecroisent…

Avis :

Un livre pour les ados sur le thème du darknet, voilà que j’ai trouvé intéressant, d’autant plus que l’auteur, Arthur Ténor, a déjà publié un certain nombre de titres engagés à destination de la jeunesse. J’avais donc très envie de voir comment le sujet allait être traité, car ça peut rapidement être très « touchy ». Et j’avoue avoir été un peu déçue quand j’ai commencé ma lecture, car les incursions sur le darknet sont très rares, uniquement liées à la lecture du roman de Balthazar Natas. C’est un des premiers sites sur lesquels Aurélien est tombé, et le seul d’ailleurs, car il n’a pas cherché plus loin. Je pensais que les autres aspect du darknet seraient un peu plus développés, au-delà des quelques exemples survolés dans le premier chapitre :

📖 découvrir un extrait

Ce Livre STUPÉFIANT dont vous êtes la victime porte bien son nom. Stupéfiant à la fois dans le sens d’étonnant, mais aussi et surtout pour son côté addictif, drogue. On retrouve d’ailleurs la définition du mot en exergue du livre… Autant je n’ai pas trouvé l’histoire que j’attendais, autant je n’ai pas été déçue de ma lecture du tout. Le sujet de l’addiction est très bien traité, par un biais peu courant, mais bien connu des lecteurs compulsifs^^ Sans compter que l’auteur a su rendre son propre roman addictif, de par son découpage. C’est un livre qu’on a beaucoup de mal à quitter, tout comme Aurélien est accro au sien. Le livre addictif dans un livre addictif, voilà un concept que je n’avais encore jamais vu dans mes lectures, mais que j’ai trouvé très pertinent étant donné le thème abordé.

Au niveau du contenu de l’intrigue, on ne sait jamais dans quelle mesure on est dans la réalité, dans un rêve ou dans un roman fantastique, et c’est aussi une force de cette histoire. Si on est dans la réalité, c’est un livre horrifique, dans un rêve, un cauchemar et dans le registre fantastique, on tire aussi vers l’horreur. Il s’agit d’une horreur « allégée », on est quand même dans un roman ado, mais suffisamment présente pour faire de ce livre une lecture qu’on ne lâche pas sans y être contraint.

Même si je reste dubitative quand à la fin de l’histoire, je n’en ai pas moins adoré cette lecture, habile et efficace, sur un thème très intéressant, l’addiction, et l’emprise de celle-ci sur la volonté de sa « victime ». Car oui, même si au départ on a choisi tel ou tel stupéfiant, on est à terme victime de celui-ci et de la dépendance qu’il a créé.

Dead Lines est une démonstration par l’exemple très efficace du phénomène d’addiction, par le biais d’une mise en abyme. En effet, dans le roman, Aurélien est accro à sa lecture, tout comme j’ai été accro à la mienne, ne la lâchant qu’à regret… Les stupéfiants dénoncés par l’exemple de la lecture montre bien qu’on peut être accro à tout et n’importe quoi, certaines « substances » étant plus dangereuses que d’autres, mais toutes menant à terme à perdre contact avec la réalité, de manière plus ou moins grave. J’ai aimé l’approche de Arthur Ténor, nous laissant en permanence dans les limbes entre fantastique et réalité…

Report this ad

Logo Gulf Stream éditeur

J’ai reçu la version papier de ce livre dans le cadre d’un partenariat avec les éditions GulfStream. Merci à eux pour la confiance.