Voici dans l'ordre de publication, les derniers avis sur ce roman.

J'en profite pour rappeler aux lecteurs et blogueurs littéraires qui s'intéresseraient à ce livre, que celui-ci est destiné plutôt aux ados de 12 à 15 ans. Aux collégiens en somme. Cette précision est importante, car comme pour la saga de L'elfe au dragon, certains chroniqueurs abordent ces romans courts pour adolescents, comme s'il s'agissait de romans pour adultes ou young adult. Les croqueurs de pavé de 800 pages, décrivant des univers multicomplexes, avec des centaines de personnages et un style d'écriture descriptif adulte, peuvent légitimement éprouver des manques. Il me semble qu'un " bon " chroniqueur a pour première qualité d'être capable de s'oublier, afin de partager du mieux possible la perception de ceux à qui s'adresse ce type de romans jeunesse. En caricaturant, ce serait comme si je chroniquais " Oui-Oui et la voiture jaune ", en l'étrillant, parce que ce serait une histoire niaise et qu'on y croirait pas une seconde. 

Etres chroniqueur, j'ai déjà eu l'occasion de l'exprimer, ce n'est pas une activité simple ni anodine quand elle est pratiquée dans un esprit d'objectivité, de responsabilité et avec un minimum de bienveillance. Sinon, le chroniqueur devient vite un crottiqueur qui, chez les pires d'entre eux, éprouvent visiblement de la jouissance à démollir une oeuvre avec des formules assassines les plus blessantes possibles, parfois d'une grande vulgarité. La malveillance transparaît souvent dans la forme de ces brûlots. Je signale cela non pas pour les crottiqueurs eux-mêmes qui, s'ils sont totalement imbibés de malveillance, n'en n'auraient cure, mais aux lecteurs qui tentent de se forger une première impression avant de tenter l'aventure d'un roman. Comme en tout domaine d'opinion, il ne faut jamais se fier à un seul avis (positif comme négatif d'ailleurs)... et, si l'on a un doute, ne pas hésiter à plonger pour se forger sa propre impression qui seule compte au fond.

Bonne lecture des comptes rendus de lecture ci-dessous...

http://www.emaginarock.fr/les-ombres-assassines-lacademie-diplomatique-disuldain-tome-1-arthur-tenor/

La secte d’Anghor l’avait promis à Isuldain : sa capitale Éa-Kyrion connaîtrait la pire vague de terreur de son histoire. Ce jour de vengeance est arrivé ! Mêlées à la population, les Ombres assassines commettent des crimes ciblés, organisent des attentats, sèment la mort. L’empereur mobilise toutes ses forces, des simples portiers aux Chevaliers d’Isuldain. Même sa prestigieuse Académie diplomatique est sollicitée. La toute jeune chambrée des Crépusculaires entre avec fougue dans cette affreuse crise. Pourtant, elle a déjà ses propres conflits internes à surmonter, ce défi inouï de faire vivre et agir ensemble un semi-orque, deux elfes, un Maraudeur au caractère bien trempé, une Sorcière des Mondes glauques et un ancien élève de la Confrérie des magiciens. S’ils y parviennent, combien périront ?

Premier tome de la nouvelle saga d’Arthur Ténor (que je découvre ici), Les Ombres assassines est un roman jeunesse de fantasy parfaitement exécuté.

Malgré la couverture assez clichée, mais à laquelle on s’habitue au final (certains personnages sont réussis d’autres beaucoup moins…), ce premier tome est vraiment palpitant. On pourra juste regretter la longueur un peu trop courte du roman: on aurait aimé plus de développement et une fin un peu moins expéditive. La secte d’Anghor notamment manque de consistance et reste floue jusqu’à la fin du tome: les fidèles sont un peu trop facilement réduits à des assassins barbares semblant maîtriser une magie néfaste. Un peu dommage.

Si l »univers présenté par Ténor est un peu convenu (pas dans le sens négatif si l’on aime, comme moi, les codes habituels de la fantasy!), ses personnages sont vraiment attachants et surtout j’ai été complètement emportée par les fabuleux dialogues de l’auteur qui mêle à la fois ton soutenu d’inspiration moyenâgeuse et vocabulaire moderne. Les descriptions permettent de se repérer très facilement dans le monde créé par l’auteur. J’ai beaucoup aimé les passages présentant la grande cité d’Ea-Kyrion qui nous mettent dans une belle ambiance de fantasy.

L’intrigue est dynamique grâce à un suspens parfaitement mené et Ténor n’hésite pas à malmener les jeunes recrues de l’Académie; un point vraiment appréciable dans une fantasy jeunesse.

Roman lu en 3 jours, Les Ombres assassines ouvre une saga jeunesse de qualité, comme souvent chez Scrinéo. Vite, le tome 2!

A peine ouvert le portail fantastique sur l'Empire d'Isuldain, voici deux belles critiques pour bien aborder la rentrée...

 

http://www.leslecturesdemylene.com/2018/08/academie-diplomatique-isuldain-1-ombres-assassines-arthur-tenor.html?spref=fb

L'académie diplomatique d'Isuldain, tome 1 : Les ombres assassines de Arthur Ténor

vendredi 17 août 2018

Synopsis : La secte d’Anghor l’avait promis à Isuldain : sa capitale Éa-Kyrion connaîtrait la pire vague de terreur de son histoire. Ce jour de la vengeance est arrivé !
Mêlées à la population, les Ombres assassines commettent des crimes ciblés, organisent des attentats, sèment la mort. L’empereur mobilise toutes ses forces, des simples portiers aux Chevaliers d’Isuldain.
Même sa prestigieuse Académie diplomatique est sollicitée. La toute jeune chambrée des Crépusculaires entre avec fougue dans cette affreuse crise. Pourtant, elle a déjà ses propres conflits internes à surmonter, ce défi inouï de faire vivre et agir ensemble un semi-orque, deux elfes, une Sorcière des Mondes Glauques et un ancien élève de la Confrérie des magiciens. S’ils y parviennent, combien périront ?
Papier (168 pages) et numérique - A paraitre le 23 aout 2018 chez Scrineo

Mon avis :
Cette mise en bouche est à la fois courte et très riche, j'ai adoré les personnages de la première à la dernière page, découvrir le monde de l'auteur et les voir évoluer ensemble. Nos six héros arrivent de lieux totalement différents, ils n'ont pas du tout eu la même éducation mais sont là pour la même chose, être formés pour devenir des diplomates capables de défendre leurs idéaux et leurs vies. On découvre donc dans ce premier tome l'Académie, les cours qui leur seront dispensés ainsi que la menace qui semble peser sur leur royaume et surtout sur leur empereur. La plume de l'auteur nous permet de vivre chaque instant avec eux et de découvrir des choses qui m'ont énormément plu même si bien évidemment j'aurais bien passé davantage de temps avec eux. Les six amis qui au départ ont du mal à se faire confiance et qui vont devoir apprendre à vivre ensemble doivent dépasser leurs préjugés pour arriver à créer une chambrée soudée, capable d'aller de l'avant et d'accomplir leurs missions. Même s'ils ne sont qu'en apprentissage, chacun d'entre eux est assez sûr de lui et ils ne baissent pas facilement les bras.
C'est donc dans une ambiance d'abord tendue puis ensuite bonne enfant avant de se transformer en catastrophe que nous plonge l'auteur et j'ai aimé voir évoluer les personnages au contact les uns des autres. Ils apprennent énormément de choses, vont parfois remettre leur éducation en question et j'ai apprécié de les voir créer une certaine alchimie dans le groupe même si tout n'est pas forcément réglé et qu'il existe parfois encore des tensions entre eux. On ne s'ennuie bien évidemment pas une seule seconde, j'ai aimé le fait qu'ils soient toujours en mouvement, même s'ils apprennent à se connaitre, ils le font au travers des différentes actions qu'ils mènent et découvrir ce royaume avec eux n'est pas sans heurt. On avance dans l'intrigue qui nous réserve un certain nombre de surprises et on approche de la fin en stressant de plus en plus et en se demandant ce qui va pouvoir leur arriver. L'auteur ne les laisse pas souffler et le final est pour le moins angoissant et triste. En tout cas, ce premier tome augure d'une saga qui devrait me plaire !!

En bref, ce premier tome est une mise en bouche efficace pour une saga qui promet beaucoup. Le monde de l'auteur et ses personnages font qu'on ne s'ennuie pas une seule seconde et si parfois j'aurais apprécié de passer davantage de temps avec eux, j'ai aussi aimé qu'ils apprennent à se connaitre au travers de leurs actions et réactions face à tout ce qui leur arrive. Le final est pour le moins stressant, ils n'en sortent pas sans blessure et je suis curieuse de voir ce que la suite va pouvoir donner ! Vivement !
Et sur le site Plume de lune
https://plumesdelune.wordpress.com/2018/08/21/chronique-n178-lacademie-diplomatique-disuldain/

Chronique n°178 : L’académie diplomatique d’Isuldain

L’académie diplomatique d’Isuldain

[...]

Hello hellotoday parlons d’un petit nouveau de chez Scrineo : L’académie diplomatique d’Isuldain (ou le titre pas du tout long). C’est écrit par Arthur Ténor et c’est un auteur qu’on aimait bien quand on était enfant avec Kara mais dont on avait rien lu depuis des lustres. Et bien on a bien fait de s’y remettre car on a beaucoup aimé ! 

L’académie diplomatique d’Isuldain, à part être un titre un peu long, ça parle d’une bande d’ados (absolument insupportables) qui intègre la-dîte académie pour devenir des diplomates (juste là, pas de scoop). La diplomatie, chez eux, ça couvre pas mal de domaine et faut autant copiner avec les dragons, être un super guerrier que savoir manier les mots.

L’aspect “étudiants qui s’aiment pas mais qui sont obligés de travailler ensemble” était sympa à découvrir même si, on va pas se mentir, c’est quand même un peu vu et revu. Là, la fraîcheur vient du fait que le contenu de la formation diffère un peu, ainsi que les enjeux, puisqu’on tape dans la diplomatie (même si ça ratisse large). Et en soi, c’est assez intéressant d’angler plus sur la politique et les enjeux de pouvoir. Mais c’est pas encore assez poussé dans ce sens puisque l’intrigue, elle, reste très conventionnelle. Je trouve ça un peu dommage que nos héros n’utilisent pas plus de “diplomatie”, mais peut être que ça viendra par la suite.

Nos héros doivent dans un premier temps, s’acquitter les uns des autres, et dans un second temps déjouer les attaques terroristes qui ravagent la capitale. Comme d’habitude hein, les adultes en ratissent pas une et c’est aux mômes de se bouger les fesses. Ce bouquin ne passe donc pas à côté de certains clichés jeunesse, mais ça va, c’est bien fait dans l’ensemble alors on pardonne. J’ai bizarrement bien aimé les personnages mais attention, ce sont vraiment tous des têtes à claque. M’enfin du coup, ils sont marrants.

Autre point tout à fait marrant : l’écriture. On tape dans du level de fifou là. Tout le bouquin est en langage soutenu avec des expressions et mots que tu savais même pas que ça existait (avec ton bac +5). Du coup, avec Kara ça nous a fait rire. Et puis ça change un peu de ce qu’on lit d’habitude en jeunesseC’est pas pour autant incompréhensible hein en plus. Donc bon point pour nous ! (mais on conçoit que ça peut en être un mauvais pour d’autres).

En conclusion, nous avons beaucoup aimé ce premier tome, très rapide, dense et qui, sans être le summum de l’originalité, arrive à se différencier par bien des aspects. On sera très curieuse de lire la suite et on vous conseille dors et déjà ce début de série !

Sinon en faisant mes recherches pour cet article, j’ai vu qu’Arthur Ténor avait déjà écrit une série dans cet univers là : L’elfe au dragon. Je dis ça, au cas où ça intéresserait quelqu’un. Voilà.

Note : 17/20
Une présentation très complète sur le site Lectures Voyelles de Philippes Aurèle, écrivain lui-même, avec cette conclusion...
"Alors, Youpi ou Yucca ?

Vous l’aurez certainement compris, en dehors de petits défauts de rodage de l’univers, j’ai beaucoup aimé ce roman que j’ai dévoré en une seule soirée. L’univers, que j’ai déjà qualifié de riche et foisonnant, ne demande qu’à être exploré et approfondi et j’espère que ce livre rencontrera suffisamment de succès pour qu’une suite soit publiée. Je le recommande donc à toutes les lectrices et tous les lecteurs, jeunes et moins jeunes, qui chercheraient une série de romans pour poursuivre leur expérience de lecture d’un certain petit sorcier anglais, dans un univers de pure Fantasy. "

https://www.philippe-aurele.fr/2018/09/15/les-lectures-voyelles/