La théorie du complot

La théorie du complot

La théorie du complot

Arthur Ténor

Scrineo - 2018

Résumé 4ème de couverture :

On nous ment ! Oui, mais qui ?
Sébastien, passionné de canulars et autres farces sur Internet, prend un malin plaisir à alimenter la grande mode de la théorie du complot.
Les attentats du 13 novembre ? Une aubaine pour créer son propre site d'informations frauduleuses et lancer les rumeurs les plus farfelues. Un hobby apparemment innocent, qui va le mettre sur le chemin de personnes bien malintentionnées.
Malheureusement, quand l'euphorie de la célébrité se dissipe, Sébastien est déjà bien trop pris dans la toile pour en sortir indemne... Alors, info ou intox ?

Résumé Editeur 

Le quotidien d’un ado qui se prend au jeu dangereux de la désinformation et de la manipulation, sans en réaliser les conséquences…

Sébastien est un geek de 15 ans dont le grand plaisir est de créer et lancer sur Internet des hoax et autres théories du complot. Les attaques terroristes du 13 novembre 2015 devraient être une aubaine pour diffuser une nouvelle théorie fumeuse. Pas cette fois ! La gravité des événements l’amène au contraire à mener le louable projet de créer un site d’information sur les attentats de Paris. Ce sera Vendredi maudit.

La qualité de ce qu’il propose aux internautes lui vaut un beau succès d’audience, mais aussi d’attirer l’intérêt de gens suspects, dont un certain Lucidas qui prétend pouvoir alimenter Vendredi maudit d’informations exclusives et explosives sur la face cachée de cette action attribuée à Daech. Le piège est tendu et le maître du hoax va s’y laisser prendre, comme on pactise avec le diable, méfiant mais trop fasciné par des perspectives mirobolantes. L’effet euphorisant de ces dernières va vite se dissiper. Mais il est déjà trop tard. La suite s’apparentera à une terrible glissade vers l’enfer. Or, comme chacun le sait, l’enfer n’a pas de sortie…

Mon avis :

Ce nouveau roman d'Arthur Ténor, paru trois ans après les attentats de janvier 2015 à Paris et un peu plus de deux ans après ceux du Bataclan, traite du sujet des théories du complot. D'après une étude récente Ifop, huit Français sur dix adhèrent au moins à l’une des grandes théories du complot, et les jeunes seraient les plus réceptifs. De plus, le président Emmanuel Macron a annoncé récemment vouloir légiférer contre les « fake news ».

Arthur Ténor a déjà publié des romans sur des thèmes d'actualité, des sujets qui font débat dans notre société : "Je suis Charliberté" sur la liberté d'expression ou "Guerre des idées au collège" sur la laïcité. 

En tant que professeure-documentaliste, ce roman a forcément attirer ma curiosité. J'avais beaucoup aimé "Je suis Charliberté". Le sujet de la théorie du complot est très actuel et il est absolument nécessaire d'en parler avec les jeunes adolescents, qui ont souvent du mal à distinguer les vraies informations des fausses sur Internet. Les rouages de la rumeur, des hoax, des canulars, des théories du complot sont bien décrites dans l'histoire, à travers trois personnages :

- Arthur Ténor, via le narrateur externe et subjectif, parfois critique et moqueur,

- le héros Sébastien, petit génie de l'informatique qui s'amuse à lancer de fausses informations sur Internet et qui créé son propre site d'informations en relayant des infos proposées par un inconnu, sans se rendre compte des conséquences... Il veut surtout faire le buzz et s'amuser.

- Lucidas, le manipulateur, qui relaie des fausses informations pour alimenter les théories du complot. 

Ce roman aborde de manière intelligente la question de la théorie du complot, comment elle est diffusée et alimentée, mais aussi le public qu’elle touche : les jeunes, pour une grande majorité. C'est fou comme les choses peuvent basculer rapidement ! 

Le roman interroge sur l'esprit critique, sur la façon de réagir face aux nombreuses informations variées, sur l'endoctrinement sur Internet, sur les intentions manipulatrices de certaines personnes, sur les dangers d'Internet et la désinformation. Ainsi, ce roman s'inscrit parfaitement dans le programme de français en 4ème (Information/Désinformation). Je trouve néanmoins que le roman est complexe en raison de nombreuses références que les élèves ne connaissent pas forcément : les attentats du 11 septembre, Wikileaks, Edward Snowden...

A faire lire à nos élèves, mais en lecture accompagnée. 

On ne bâtit jamais mieux un mensonge que sur des vérités.