Youpi ! C'est un grand jour pour petits et grands. Et l'occasion pour moi d'un petit rappel. On pourrait croire que c'est une cruauté de ma part. Qu'on se rassure, pas du tout ! Malgré, il est vrai, ce titre un peur horrifique. J'invite en particulier les jeunes profs, dont c'est la première rentrée, à le lire, ainsi que le suggère Tiphanie de l'excellent site de critiques littéraires, prof doc elle-même, Lirado.com dans la critique ci-dessous...

Bonne rentrée à tous !

 

Un Prof en enfer d’Arthur Ténor

prof-enferAge : 15 ans et +
Éditeur :  Oskar éditeur (2014)
120 pages

Note : 5 Stars

 

Antoine Vachet vient d’obtenir son CAPES de Français et se retrouve nommé dans un collège de ZEP réputé difficile. Il hérite d’une classe de 4ème difficiles et cumules les crises d’angoisses et les déprimes. A moins que…

Un Prof en enfer est un ouvrage publié chez un éditeur jeunesse mais je crois qu’en réalité, c’est un roman que tout jeune prof devrait lire, plus qu’un public d’adolescents. ça peut surprendre, mais là n’est pas l’essentiel. L’essentiel c’est le fond de ce roman, une vraie surprise, une vraie claque.
Un Prof en enfer, Arthur Ténor m’en avait rapidement parlé lorsque je l’avais croisé au Salon du Livre Jeunesse de Montreuil en novembre 2013. Moi qui venais de vivre ma première rentrée en temps que professeur-documentaliste dans un collège pas classé ZEP mais avec ses soucis, évidemment, ça m’a interpellée et j’avais envie de voir le résultat.
J’ai lu Un Prof en enfer d’une traite, passionnée par ce récit qui me rappelait certains de mes doutes, de mes appréhensions et certaines situations que j’ai pu vivre en début d’année. Cependant, au cours de ma lecture, je trouvais que le roman, était quand même riche en clichés et ça, ça me déplaisait un peu…J’avais l’impression de revivre le livre / le film Entre les murs…Jusqu’à ce que tout s’éclaire !
Sans révéler la surprise finale d’Un Prof en enfer (se serait gâcher), je reconnais qu’Arthur Ténor, sur ce coup, m’a vraiment bluffée. Je ne m’attendais pas à un tel revirement et la fin, m’a finalement totalement convaincue sur l’ensemble du roman. C’est très bien écrit, très bien joué et le lecteur mort à l’hameçon (vous comprendrez en lisant Un Prof en enfer…).
Surtout, j’ai beaucoup aimé le dernier tiers de ce roman qui nous apporte donc sur les ZEP un regard très différent. En tant que prof, la manière dont Antoine Vachet va envisager ses élèves de ZEP, nous parle.
Je crois que ce livre remonte le moral quand on a l’impression qu’on fait mal les choses dans son enseignement et avec les élèves.
Un Prof en enfer est donc une lecture très instructive, qui m’a beaucoup apportée, mine de rien, et m’a fait changer mon regard sur les ZEP, puisque l’année prochaine, j’irai moi aussi faire mon petit tour par là ^^. Mais avec ce livre, et peut-être est-ce une illusion, j’appréhende beaucoup moins ( on verra si je dis toujours ça dans un an !).

A noter qu’Un Prof en enfer est inspiré par la rencontre d’Arthur Ténor avec un enseignant de ZEP en classe de 3ème Défense Globale ( un petit dossier en fin de livre explique ce que c’est) lors d’une rencontre d’auteur avec des élèves de cette classe de 3ème.